International

Croatie, adhérente à la peine

, ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Croatie, adhérente à la peine © Canolais - Flickr - C.C.
Demandez à un Croate ce que changera l’entrée de son pays dans l’Union européenne ce 1er juillet, il répondra sans doute : "Bruxelles veut fermer nos chantiers navals." De fait, à Split ou à Trogir, la restructuration de ce secteur, symbolique dans un pays pour moitié étiré tel un élastique sur l’Adriatique, a été l’un des sujets sensibles du processus d’adhésion. Dans une négociation marathon de dix ans et 35 chapitres, Zagreb a dû mettre en ordre d’innombrables dossiers : crimes de guerre, justice, agriculture ou gouvernance économique – dont le sujet des aides publiques. Ainsi, l’État va devoir stopper son soutien à ses chantiers navals moribonds qu’il n’a pas réussi à privatiser même pour 1 kuna (la monnaie locale) ! Dans l’aérien, la[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte