Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Cristal Union envisage de fermer deux sucreries en France

Adeline Haverland , ,

Publié le

Cristal Union, le numéro 2 français du sucre, envisage la fermeture les sucreries de Toury et de Bourdon. 300 salariés et 500 producteurs sont concernés. 

Cristal Union envisage de fermer deux sucreries en France
Cristal Union envisage de fermer 2 de ses sucreries en France

La crise du sucre continue de déstabiliser les acteurs européens. Après le leader mondial Sudzücker, qui a annoncé la fermeture de trois sucreries de sa filiale française Saint-Louis Sucre en février dernier, c’est au tour de Cristal Union, le numéro 2 français du sucre d’envisager l’arrêt de deux de ses sucreries françaises.

300 salariés concernés 

Les infrastructures de Toury, en Eure et Loire et celle de Bourdon en Auvergne devraient, en effet, fermer leurs portes. La coopérative agricole, propriétaire de la marque Daddy, envisage également de réduire l’activité de conditionnement d’Erstein de 50%. Au total, plus de 300 salariés sont concernés.

Quant aux planteurs, si ceux de Toury pourront se reporter sur les infrastructures de la coopérative en Île-de-France, les 500 producteurs de betteraves de l'Auvergne n'auront d'autres choix que d'envisager la culture d'une autre ressource. 

Le président de Cristal Union, Alain Commissaire, avait évoqué, en février dernier, en marge d'une conférence sur le sucre à Dubaï, la nécessité de consolider le marché du sucre européen. Il anticipait déjà la fermeture de plusieurs sucreries en Europe : "On peut dire que tout le monde s'observe et encore plus quand certains d'entre nous rencontrent des difficultés (...) Les deux ou trois prochaines années seront très intéressantes"  expliquait alors le patron de la coopérative agricole.

Résultats financiers négatifs

Il n'aura fallu finalement que deux mois à Cristal Union pour passer à l'action. Le projet de restructuration a été présenté ce mercredi 17 avril aux représentants du personnel, réunis en comité central d’entreprise et il doit être relayé au conseil d’administration de la coopérative ce 18 avril. 

"En dépit des mesures concrètes déjà prises par Cristal Union, comprenant entre autres la fin du système de prix de betteraves garantis et la réduction des investissements, le Groupe présente des résultats négatifs pour l’exercice clos le 31 janvier 2019 (...)le Groupe est contraint d’étudier une nouvelle série de mesures essentielles à la pérennisation de son activité globale" se justifie la coopérative dans un communiqué. 

Un marché du sucre en berne

Cette décision intervient alors que le marché du sucre est en proie à une crise structurelle depuis la fin des quotas européens en 2017. Les choix engagés par les acteurs européens, - inspirés de l’exemple des mesures mises en place sur le marché du lait en 2016 pour anticiper l’abolition des barrières aux importations et aux exportations -, qui n’ont pas hésité à demander à leurs coopérateurs d’étendre leur surface de production, sont aujourd'hui lourds de conséquences.

Sur l’ensemble du territoire européen, la culture de la betterave a augmenté de plus de 32 % depuis 2017. Chez Cristal Union, les coopérateurs ont récolté 20 % de production supplémentaire. Si ces efforts ont permis aux industriels de faire tourner à plein leurs capacités industrielles, ils ont également contribué au déséquilibre du marché mondial. En exportant 3 millions de tonnes de sucre en 2017, l’Europe a inondé le monde de son sucre alors qu'à la même période les autres grands pays producteurs - le Brésil, l'Inde et la Thaïlande - affichaient des productions records. 

Résultats: en 2018, les cours du sucre ont chuté de 20,6% en 2018 pour tomber jusqu'à 324 euros la tonne le 23 mars dernier, un plus bas historique.

Les différentes opérations de restructuration annoncées par les sucriers ainsi que la réduction des surfaces cultivées de 10% sur la campagne 2018-2019 visent à ramener le marché du sucre à l’équilibre. Reste à savoir si ces mesures seront suffisantes. 






 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle