Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Crise porcine : deux grands industriels soufflent sur les braises en paralysant la cotation du porc

Aurélie M'Bida , ,

Publié le , mis à jour le 11/08/2015 À 12H42

Nouvel épisode dans la crise de l’élevage qui secoue l’écosystème agroalimentaire français depuis plusieurs semaines, le marché du porc breton – qui fixe le prix de référence national de cette viande – a été paralysé par des deux principaux acheteurs de porcs. Objet du blocus des industriels : un prix jugé trop élevé, mettant en danger toute la filière porcine et le gouvernement au pied du mur.

Les rumeurs étaient persistantes. Surtout depuis que l’un des plus gros acheteurs de viande, la Cooperl avait indiqué à ses adhérents son intention de boycotter le marché au cadran de Plérin (Côtes-d’Armor), le marché du porc breton (MPB) où se déroule la cotation du porc en France. Et bien, ce lundi 10 août, jour de cotation, on pouvait lire 0€ à côté de la base 56 TMP, le prix de référence du porc. Il restera donc au même cours jusqu’à nouvel ordre. Sur le site Internet du MPB il est indiqué : "Pas de cotation ... Situation inédite au MPB ce lundi après-midi : 4 acheteurs présents, 3 absents. En conséquence, le MPB n'a pu être averti du prix de retrait du jour communiqué par huissier. N'étant pas en mesure d'établir une cotation sur la totalité des porcs présentés, le MPB, sur décision du CRP, a décidé de reporter la séance du jour. "

Situation inédite en effet. Deux industriels, Cooperl et le groupe Bigard-Socopa ont déserté le marché du porc en ce début de semaine.

 

Un prix du porc trop élevé par rapport à la concurrence

Pour tenter d’enrayer la crise de l’élevage porcin, la filière a adoptée une revalorisation du prix du porc. le prix actuel, à 1,40 euro/kg,  cristallise la colère des industriels. Déjà, l’immixtion politique dans la fixation des cours dérange. C’est ainsi que dans son communiqué envoyé au Mpb le 10 août, la Cooperl rappelait "nous sommes attachés à la fixation collective et transparente d’un prix du vif par un mécanisme de marché indépendant où se confrontent régulièrement l’offre et la demande régionale de porc. "

Par ailleurs, le prix de 1,40 euro le kilo est jugé insupportable pour ces industriels qui subissent la concurrence européenne en matière de viande porcine. Ainsi, dans sa lettre qu’elle a adressée à ses adhérents le 6 août dernier, la coopérative bretonne  déplorait le cours élevé du porc français. "A ce jour 25 centimes séparent le cours français du cours allemand, 35 du cours hollandais", expliquent Patrice Drillet et Emmanuel Commault, président et directeur général du n°1 français du porc. La prochaine séance de cotation est prévue ce jeudi 13 août. Nul ne sait encore si la situation sera débloquée d’ici là. De son côté, le ministre de l’Agriculture vient d’annoncer la tenue d’une conférence de presse ce mardi 11 août à 12h30.

Aurélie M'Bida

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle