Crise : mobilisation le 7 octobre pour un travail décent

Partager

Travail décent, crise financière, même combat. A l'occasion de la Journée mondiale sur le travail décent, organisée par la Confédération syndicale internationale (CSI), le mardi 7 octobre, six syndicats sur huit (CGT, CFDT, CFE-CGC, FSU, Solidaires, Unsa) ont appelé à des mobilisations spécifiques en France.

Une façon pour les centrales de profiter de ce premier grand rassemblement depuis l'été pour réaffirmer leurs revendications : emploi de qualité, salaires revalorisés, améliorations des conditions de travail, protection sociale et retraite de haut niveau, services publics efficaces... Bref, tout ce qui risque de passer au second plan dans ce contexte de crise financière et économique. Et qui justifie d'autant, aux yeux des centrales, la mobilisation française de demain. "Les salariés ne portent aucune responsabilité dans l'émergence de la crise financière, indique la CGT dans un communiqué, ce n'est pas à eux d'en payer les dégâts ni d'en subir les conséquences".

FO et la CFTC rejettent l"appel national

Quoi de mieux, en effet, pour se faire entendre que les 170 manifestations, concerts, colloques prévus dans le monde entier par cette Journée, "première riposte syndicale coordonée à l'échelle mondiale à [la] crise financière internationale", selon les mots du leader cégétiste, Bernard Thibault ? Hasard du calendrier, l'évenement tombeà pic, juste quelques jours après l'entrée en récession "technique" de la France, avec des prévisions de remontée du chômage pour la fin de l'année (Insee).

En France, quelques préavis de grèves ont été déposés à la SNCF, à France Télécom, à la RATP et à l'Education nationale. Et si une centaine de manifestations et rassemblements sont attendus demain dans tout l'Hexagone, l'unité syndicale ne sera pas au rendez-vous. Force ouvrière et la CFTC se désolidarisent du mouvement national, refusant un appel jugé " fourre-tout" mais se joignent à la mobilisation planétaire.

C. R.

Pour suivre la Journée mondiale du travail décent


SNCF : juste un préavis, pas un appel national à la grève

La CGT-Cheminots, souhaite par un préavis de grève déposé pour la Journée de mobilisation nationale, le 7 octobre, permettre aux cheminots de pouvoir participer aux manifestations interprofessionnelles, explique le syndicat dans un communiqué. La centrale profite de cette action nationale pour dénoncer la « politique de régression sociale et économique » de la SNCF, à travers notamment « un plan d'économies de 1 000 emplois annoncé en septembre » qui s'ajoute « aux 1 700 prévus au budget 2008 » du groupe public, et une baisse du pouvoir d'achat des salariés.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS