Crise, espace et chômage au cœur de la campagne

Pour la deuxième session de l’émission des Paroles et des Actes sur France 2, la question de la crise économique a été largement évoquée par les cinq candidats interrogés  le 12 avril.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Crise, espace et chômage au cœur de la campagne

Pour François Bayrou, premier à entrer en scène, la France souffre d’un manque d’exportations et de la faiblesse du Produire en France, son leitmotiv depuis le début de la campagne présidentielle. "Tout ce que nous avons bâti pour que notre pays ait un haut niveau de soutien à ceux qui en ont besoin est menacé. Tout se tient : l'explosion du chômage, la baisse du pouvoir d'achat, l'endettement sont les fruits du même arbre : on ne produit plus en France", a assuré le candidat du Modem. Selon lui, il faut revoir la stratégie de l’Etat et suivre les 84% des Français qui veulent un label produit en France.

Le président de la République sortant, Nicolas Sarkozy, a lui mis en avant son expérience dans la gestion des crises économiques. "La campagne sert à quoi si ce n'est dire la vérité, confronter les projets", a questionné Nicolas Sarkozy. Il impute aussi la perte du triple A de la France à une mauvaise estimation de la réduction des déficits par la Cour des comptes "dirigée par un député socialiste". Sur le plan économique, le candidat de l’UMP a rappelé qu’il avait demandé à l'Union européenne "la réciprocité des échanges notamment avec les grands d'Asie".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Interdire les licenciements

Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, a estimé pour sa part que la mesure d’urgence était d’interdire les licenciements. "Car être condamné au chômage, c'est être condamné à la misère aujourd'hui", a justifié Nathalie Arthaud. Elle s’en est pris aux patrons, dits voyous : "Je suis pour contraindre tous ces patrons voyous, et oui, pourquoi pas la prison. Ils violent la loi, sur l'égalité professionnelle par exemple... J'ai déclenché un tollé, certains de vos confères ont dit que c'était grotesque. Mais le plus drôle dans cette histoire c'est que la loi, et l'article L 11 46 1 prévoit la prison, justement. C'est révélateur : la réaction a été de dire que c'est grotesque. Mais ça prouve que vous êtes tous à leur pied, que les patrons des grands groupes sont intouchables."

Jean-Luc Mélenchon pour le Front de gauche a avant tout dénoncé l’accumulation sans limite de la richesse. Il a rappelé sa volonté en cas d’élection de mettre en place un taux d'imposition à 100% pour les revenus supérieurs à 360.000 euros par an.

Quant à Jacques Cheminade, il a surtout insisté sur son programme sur l’espace. Pour "le futur, il faut commencer maintenant, l'espace est une traction vers l'avenir" estime le candidat. Il veut aussi "faut financer de grands travaux".

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS