Credit Suisse dépasse les attentes sans convaincre

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse annonce jeudi un bénéfice net en petite hausse mais supérieur au consensus à 1,59 milliard de francs au titre du deuxième trimestre 2010, contre 1,57 milliard à la même période de l'année dernière.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Credit Suisse dépasse les attentes sans convaincre

La période sous revue a toutefois bénéficié d'un crédit d'impôt de 522 millions de francs provenant d'une fusion d'entités juridiques, précise la banque dans un communiqué.

L'établissement a également dû inscrire des charges de 447 millions de francs en raison de "prélèvements au Royaume-Uni sur la rémunération variable", soit la taxe sur les bonus, et 216 millions de provisions pour litiges.

Au niveau des différents domaines d'activité, la banque d'affaires a enregistré un résultat avant impôts de 784 millions de francs et de 874 millions dans la banque privée. La gestion d'actifs a bouclé la période sous revue sur un excédent réduit de moitié, à 22 millions.

L'afflux net de capitaux au niveau du groupe s'est élevé à 14,5 milliards, et à 13,8 milliards de francs dans la banque privée. Dans la gestion d'actifs, Credit Suisse a inversé sa tendance pour enregistrer des rentrées à hauteur de 1,3 milliard, après des sorties de 4,1 milliards un an auparavant.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,23 milliard de francs et sur un afflux net d'argent de 14 milliards dans la banque privée et de 4,9 milliards dans la gestion d'actifs.

Le ratio des fonds propres de base s'est amélioré à 16,3% contre 15,5% à la même période de l'exercice précédent mais marque un déclin par rapport aux 16,4% du trimestre précédent.

Le rendement des fonds propres s'est légèrement amélioré à 17,8% mais il avait atteint 22,3% au premier trimestre.

Le coefficient d'exploitation est resté stable à 78,3% mais il régresse par rapport aux 67,8% des trois premiers mois.

Quant à la marge nette, en hausse à 18,9% après 18,2%, elle recule elle aussi sensiblement par rapport aux 22,9% du premier trimestre.

"Nous sommes convaincus que notre stratégie est appropriée et résistera bien dans un contexte économique et un environnement de marché incertains et difficiles", a déclaré le directeur général Brady Dougan dans le communiqué.

Le directeur des finances Renato Fassbind a précisé, lors d'une téléconférence, qu'il s'attendait au troisième trimestre à des conditions similaires à celles du deuxième trimestre.

Un courtier basé à Zurich salue un bénéfice meilleur que prévu mais s'interroge. "Comment cela est-il possible alors que les résultats par entités sont inférieurs aux attentes?", dit-il, voyant un début d'explication dans le crédit d'impôt.

Les marchés en prennent acte et l'action s'affaisse de 2,8% jeudi sur la base des ordres téléphoniques d'avant-bourse.

Pascal Schmuck, édition Wilfrid Exbrayat

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS