Covid: PSA doit redoubler d'effort sur les réductions de coûts

par Gilles Guillaume et Dominique Vidalon
Partager
Covid: PSA doit redoubler d'effort sur les réductions de coûts
PSA va devoir redoubler d'effort pour atteindre ses objectifs d'économies freinés par l'épidémie de coronavirus, a déclaré jeudi le président du directoire du constructeur automobile français. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

(Reuters) - PSA va devoir redoubler d'effort pour atteindre ses objectifs d'économies freinés par l'épidémie de coronavirus, a déclaré jeudi le président du directoire du constructeur automobile français.

Le groupe, qui enchaîne depuis plusieurs années des résultats financiers records, veut réduire à nouveau de 700 euros ses coûts totaux variables par véhicule entre 2019 et 2021, dernière partie de son plan stratégique "Push to pass".

Sur l'année écoulée, il est parvenu à économiser 111 euros sur chacune de ses voitures.

"Ce n'est pas suffisant, nous sommes en train de redoubler d'activité pour hausser notre rythme et évidemment le COVID-19 ne nous aide pas", a déclaré Carlos Tavares lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires qui s'est tenue à huis clos.

Il a souligné que la traque permanente d'économies, qui ont permis au groupe d'abaisser son point mort à 53% de ses ventes, a contribué à protéger PSA face au choc de la pandémie. Et le projet de fusion avec FCA est à ce titre "la meilleure des solutions pour faire face à la crise et à ses incertitudes", a ajouté Carlos Tavares.

Il s'est dit confiant de voir le rapprochement, qui doit donner naissance au quatrième groupe automobile mondial par les ventes en volume et au troisième par le chiffre d'affaires, aboutir selon le calendrier fixé, d'ici la fin du premier trimestre 2021.

Bien que la Commission européenne ait opté pour une enquête approfondie en raison de l'implication du mariage pour la concurrence dans les utilitaires, le président du directoire de PSA a estimé que le planning était "strictement respecté".

La fusion permettra de diluer les lourds investissements requis pour continuer à réduire à l'avenir les émissions des véhicules sans que leur prix de vente s'envole. Et le potentiel du projet est prometteur, a ajouté Carlos Tavares, car les 3,7 milliards d'euros de synergies annuelles qu'il en attend ne constituent qu'un "plancher".

(Gilles Guillaume, édité par Nicolas Delame)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS