Covid-19 : un accélérateur de croissance pour l’impression 3D ?

Dans le contexte d’urgence sanitaire actuel, les applications de la fabrication additive s’intensifient, illustrant ses bénéfices en termes de souplesse, de temps et de design.

Partager
Covid-19 : un accélérateur de croissance pour l’impression 3D ?
Avec la pandémie, l’impression 3D s’invite dans notre quotidien. Depuis le pointeur pour ascenseur, la masque de protection ou encore le système d’ouverture de porte. « Elle s’est inscrite en complémentarité des autres moyens de production et va accompagner la tendance de réindustrialisation », énonce en préambule Nicolas Aubert, Directeur impression 3D chez HP France. Dès le 16 mars, un collectif d’acteurs économiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes se penchait ainsi sur la confection d’un masque de protection.
Une supply chain plus locale
Composé du CEA (centre de recherches et d'innovation de tout premier plan), d’entreprises, d’institutions et de collectivités, il a permis de concevoir rapidement, grâce à de nombreuses itérations en impression 3D, et aboutir au développement d’un modèle produit localement, réutilisable jusqu’à 100 fois avec ses cinq filtres lavables et interchangeables. « Au contact des soignants, nous avons pu leur faire tester l’ergonomie de plusieurs prototypes en moins d’une semaine», avance Chrystel Deguet, Chef de division au CEA. La fabrication locale est justement l’une des raisons de se tourner vers cette technologie d’après 35% des répondants (201 représentants d’entreprises) de l’étude exclusive pour « L’Usine Nouvelle » et HP (1). Elle participe à une réduction de l’impact sur l’environnement d’après 24% des dirigeants interrogés. La conception de ce masque apparaît vertueuse de bout en bout puisque les tissus ont été commandés à proximité, les matières utilisées en juste quantité et les chutes revalorisées, une PME lyonnaise, se chargeant de sa mise sur le marché. Cet exemple prouve que l’impression 3D, pilier de l’industrie 4.0, n’est pas réservée aux avertis. Le CEA rappelle le rôle qu’elle peut jouer dans les stratégies d’’innovation de ses partenaires pour réinventer la conception et la fabrication des biens et voir émerger de nouveaux modèles industriels, notamment au travers de la plateforme d’open innovation Y-Spot à laquelle HP s’est associée à Grenoble.
(Re)démarrage imminent
Elle est même considérée comme l’innovation la plus simple à déployer pour 58% des répondants, largement devant l’intelligence artificielle (17%) et la réalité augmentée (15%). Le coronavirus a semble-t-il accentué sa popularité, en lui allouant de la visibilité. « Nous avons imprimé un prototype de visière de protection en moins de 48h, après avoir adapté un modèle disponible sur la toile», met en avant Sébastien Bouilloux, Président de Seb Automatismes, une PME basée à Marnaz (74), spécialisée dans la fabrication de machines spéciales et modulaires, l'intégration robotique, l'outillage industriel et l'ingénierie mécanique et électrique. Depuis mars, ce sont plus de 2000 visières qui ont été déclinées par couleur ou à l’effigie de leurs détenteurs. A ce gain de temps s’ajoute une liberté de formes qui sied avec les attentes du secteur du remplacement. « Dès qu’un client voit sa production arrêtée par une pièce détachée endommagée, nous sommes en mesure de lui fournir sa réplique dès le lendemain grâce à la fabrication additive». Après s’être concentré sur des impressions fil, Seb Automatismes a fait l’acquisition, en 2018, d’une imprimante HP Multi Jet Fusion. La société peut revoir les systèmes de préhension de bras robotisés de ses clients ou concevoir des pièces de soufflage-nettoyage avant contrôle dans des temps record, accélérant la pré production, et ainsi aider à augmenter leur productivité. Ce n’est pas un cas isolé puisque 65% des interrogés admettent que la conception de produits personnalisés constitue l’un des principaux bénéfices de l’impression 3D, derrière la rapidité de décision et de conception des tests en petites et moyennes séries (72%).
Accompagnement humain et financier
Pourtant, 73% des répondants évoluant dans une entreprise qui a recours à la fabrication additive avouent ne pas avoir ou ne pas prévoir d’embaucher un chef de projet dédié. « C’est dommageable d’autant que c’est un formidable accélérateur de croissance », rappelle Nicolas Aubert. Cela démontre qu’une frilosité demeure et que la désinformation perdure. D’ailleurs, 31% des interrogés se déclarent intéressés par une offre d’impression 3D proposant une assistance à distance et sur site, 22% par un réapprovisionnement des fournitures. En réponse, HP étoffe son programme d’accompagnement HP Professional Services, incluant des modules sur la prise en main de l’imprimante, l’identification et la production de pièces, les propriétés des matériaux, le post-traitement. Enfin, l’étude confirme que l’usage de l’impression 3D reste freiné par l’investissement financier qu’il occasionne. « Il faut compter un budget moyen de 70 000 à 100 000 euros pour une machine de prototypage haute qualité ». Au 1er février, HP lançait l’offre 3DaaS (3D-as-a-service), qui repose sur une facturation au cm³ imprimé. Conclue sur un an, elle contribue à la maitrise des coûts et de la qualité et dédouane de l’administratif associé. Concernant les tarifs, la série HP MJF 340 pouvant imprimer jusqu’à 72 paires de lunettes par impression, le coût estimé est inférieur à 400 euros. « Il varie selon la densité et le volume des pièces ». En clair, c’est une option à étudier, particulièrement au démarrage ou pour tester des technologies.
(1) Étude réalisée en ligne par Infopro Digital Etudes pour HP France et Usine Nouvelle du 03 mars au 16 avril 2020 auprès de 201 décideurs du secteur de l’industrie.
Contenu proposé par HP.

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS