L'Usine Santé

[Covid-19] Le remdesivir de Gilead pourrait devenir le premier traitement autorisé en Europe

, , , ,

Publié le , mis à jour le 09/06/2020 À 10H39

Un coup d'accélérateur pourrait être donné aux procédures d'examens et d'évaluation du remdesivir de Gilead, afin d'autoriser plus rapidement l'emploi de cet antiviral dans la lutte contre le Covid-19 sur le sol européen, a annoncé lundi 8 juin l'Agence européenne du médicament (AEM). La molécule est déjà utilisée comme traitement pour les malades les plus gravement atteints aux Etats-Unis, en Inde et en Corée du Sud. 

[Covid-19] Le remdesivir de Gilead pourrait devenir le premier traitement autorisé en Europe
Le remdesivir de Gilead pourrait devenir le premier traitement contre le Covid-19 autorisé sur le sol européen. (AEM). /Photo d'archives/REUTERS/Stephen Lam
© Stephen Lam

Il pourrait devenir le premier traitement contre le Covid-19 autorisé sur le sol européen. Le remdesivir, une molécule du laboratoire Gilead (connu pour ses traitements contre le VIH), initialement développé contre Ebola, pourrait faire l'objet d'une procédure d'autorisation accélérée, a déclaré l'Agence Européenne du Médicament (AEM) lundi 8 juin. 

Des essais cliniques encourageants  

Premier traitement à avoir montré son efficacité pour soigner les patients souffrant du Covid-19 lors d'essais cliniques, le remdesivir, un antiviral, est déjà utilisé pour traiter les malades les plus gravement atteints aux Etats-Unis, en Inde et en Corée du Sud.

Aux Etats-Unis, selon les résultats préliminaires d'un essai clinique dévoilés le 29 avril dernier par les Instituts de santé américains (NIH), il aurait permis aux malades hospitalisés de se rétablir en moyenne en 11 jours au lieu de 15. Ce traitement par injection intraveineuse a été testé auprès de 1 063 patients souffrant d’une forme avancée du Covid-19 et de problèmes pulmonaires, aux Etats-Unis et dans 21 hôpitaux européens et asiatiques. 

Des conclusions confirmées le 22 mai par la publication du rapport complet des essais dans la revue New England Journal of Medecine. "Nous disposons maintenant de données solides montrant que le remdesivir diminue dans une mesure modeste le temps de guérison des personnes hospitalisées atteintes du Covid-19", a affirmé Anthony S. Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), membre du NIH et parrain des essais. 

S'il était approuvé, il s'agirait du premier traitement autorisé en Europe

"L'évaluation des bénéfices et des risques du remdesivir est réalisée dans le cadre d'un calendrier réduit et un avis pourrait être donné d'ici quelques semaines", a dit l'AEM dans un communiqué.

Si le traitement par intraveineuse de Gilead était approuvé, il s'agirait du premier à l'être en Europe contre le COVID-19. La Commission devra se prononcer en dernier ressort, mais elle suit la plupart du temps les avis de l'AEM.

Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a accordé début mai à Gilead une autorisation de prescription du remdesivir pour le traitement des patients atteints du COVID-19.

Avec Reuters (Pushkala Aripaka ; version française Nicolas Delame)

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

05/07/2020 - 18h32 -

C'est un poison diligenté par un laboratoire américain , de l'escroquerie en puissance , a détruire , on n'a pas besoin de cela pour se faire de l'argent , a proscrire rapidement , détruisons ce produit , c'est un acte Citoyen et un devoir national...
Répondre au commentaire
Nom profil

03/07/2020 - 15h13 -

Où sont les sources concernant les chiffres des résultats avancés en Corée et en Inde...? Quelles études? Encore un article de journalisme publicitaire.. bon en même temps on est sur L'Usine Nouvelle!
Répondre au commentaire
Nom profil

27/06/2020 - 23h33 -

C'est drôle pour l'hydroxychloroquine on fait tout un foin parce qu'il n'y pas d'étude randomisée (ça tourne même à l'obsession) en revanche pour le redemvisir on va carrément lui donner un coup de pouce pour le distribuer rapidement et personne se demande où est l'étude randomisée démontrant son efficacité ? Qui accélérerait de quelques jours la guérison "modestement" pour reprendre les termes de l'article, mais ne permet pas de réduire la mortalité. On marche sur la tête c'est dingue.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/06/2020 - 11h08 -

A la lecture des études, j'ai crois comprendre que ce traitement ne sert à rien puisqu'il ne réduit pas la mortalité...
Répondre au commentaire
Nom profil

07/07/2020 - 13h41 -

Si l'efficacité de ce traitement est prouvée, alors peut-être qu'en effet il ne réduit peut-être pas la mortalité, mais en réduisant la durée de la maladie, il permet de libérer des lits plus rapidement en urgence et alléger ainsi la pression sur les différents système de santé. Cela réduit également le coût de la prise en charge de la maladie. En France le prix d'une journée d'hospitalisation en réanimation est de 3000 €... ce traitement fait potentiellement économiser 4 jours soit 12 000... Mais encore faut-il que la preuve de son efficacité soit faite correctements (et non pas au doigt mouiller comme les études faite par le Pr Raoult) avec un bénéfice risque avéré...
Répondre au commentaire
Nom profil

10/06/2020 - 18h17 -

Il y a décidément quelque chose de pourri au royaume de l'industrie pharmaceutique Dr GG
Répondre au commentaire
Nom profil

11/06/2020 - 16h58 -

Un peu mensonger comme article la Corée du sud n'a pas utilisé le remdesivir pour traiter le covid19 et l'Inde utilise principalement HCQ en mode bitherapie, pouvez vous partager vos source? Surgisphere peut-être ?
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte