Covid-19 : Entretien exclusif avec Christophe Masson, directeur général de Cosmetic Valley

Partager
Covid-19 : Entretien exclusif avec Christophe Masson, directeur général de Cosmetic Valley

La semaine dernière, Cosmetic Valley lançait un appel auprès des industriels de la cosmétique pour produire du gel hydroalcoolique en grande quantité. Cette industrie, deuxième exportatrice française après l’aéronautique, se mobilise fortement pour lutter contre l’épidémie.

Dans quel contexte avez-vous lancé l’appel à production de gel hydroalcoolique ?

Nous avons lancé cet appel suite à la publication du décret de l’Etat le vendredi 13 mars permettant la fabrication de gel hydroalcoolique par l’industrie cosmétique. Il faut savoir que la production de gel hydroalcoolique répond à des réglementations concernant les biocides qui ne sont pas celles de la cosmétique. Il y a eu une adaptation réglementaire permettant à nos usines de produire ce gel. Spontanément, de nombreuses PME et grandes sociétés ont mis en œuvre une production sans attendre notre appel. En milieu semaine dernière (18 mars, ndlr), nous avons été largement contacté par les hôpitaux qui ne savaient pas comment ni où se fournir en gel. Des entreprises avaient engagé la production pour approvisionner hôpitaux ou centres de soins au niveau local, mais il n’y avait aucune démarche concertée. On s’est donc aperçu d’un manque de lien entre les fournisseurs et les hôpitaux. C’est dans ce cadre qu’on a lancé une première opération qui était de dire d’une part aux industriels « si vous le pouvez, lancez la production car nous sommes en déficit de gel », donc on a fait un appel à la production. Nous avons par la suite lancé une plateforme de mise en relation entre les hôpitaux et les fournisseurs de gel. Ce qui a permis jusqu’à hier (24 mars, ndlr) de répondre à l’urgence pour fournir en gel les hôpitaux. Nous arrivons désormais dans une phase où il faut mieux centraliser et prioriser la distribution de gel puisque le besoin est général (société civile, hôpitaux, usines…). C’est ce qu’a fait l’Etat avec le lancement de la plateforme de mise en relation stopcovid19.fr, qui a pour objectif de mettre en relation les fournisseurs de gel et ceux qui en ont besoin. Nous avons convenu avec l’Etat de leur transmettre l’ensemble de nos contacts pour une meilleure efficacité et centralisation dans la distribution.

Où se situent les points les plus critiques pour votre industrie – logistique, sécurité, approvisionnement… ?

Nous avons une nouvelle problématique qui se présente à nous : l’approvisionnement de nos usines en matières premières et en articles de conditionnement. Toute cette dynamique d’appel à la production amène à de grosses capacités de production, mais de potentielles limitations en capacité à s’approvisionner en alcool et en packaging se font ressentir. Cela risque de devenir le sujet le plus prégnant dans les semaines qui viennent. C’est dans ce contexte que Cosmetic Valley a mis à disposition son outil Impact+ : cette plateforme a été mise en place il y a quelques années par le pôle de compétitivité pour faciliter les échanges entre les entreprises sur des rebus ou des stocks non-utilisés pour limiter le gaspillage. Cette plateforme est aujourd’hui ouverte à toute l’industrie pour essayer de faciliter notre capacité à produire des gels.

Avec les mesures prises par le gouvernement, il y a des difficultés d’organisation, que ce soit au niveau de chaque entreprise, ou au niveau de la filière en général. Chaque entreprise a une organisation qui lui est propre, et qui peut être perturbée en ce moment : approvisionnement, des employés soit confinés, soit qui ont des problèmes de garde d’enfants… Et chaque entreprise étant un maillon de la filière, il y a très clairement des difficultés dans la supply chain, des ralentissements qui compliquent la tâche.

La cosmétique est une filière exportatrice, est-ce que vous avez souffert de la pandémie dès son origine en Chine ?

Notre industrie n’a été que peu impactée au moment de la contamination en Chine : nous n’avions pas de problème d’approvisionnement au niveau de la matière première puisque l’on travaille essentiellement en circuit court. Nos usines ont continué à fonctionner à 100 % car nous devions toujours fournir nos distributeurs au début de l’épidémie, qui a eu un impact économique modéré pour le premier trimestre. Par contre, l’arrivée de la crise en occident pose des sujets beaucoup plus dramatiques. Il y a une forte diminution de la demande des consommateurs, les distributeurs ont donc leurs stocks mais ne vendent plus. Nous n’avons plus besoin de fournir les distributeurs, et cela se ressent en cascade sur toute la filière. Il y aura un gros impact économique sur les 2ème et 3ème trimestres. Mais il y a tout de même un point positif : c’est la Chine qui repart. C’est un élément très encourageant et un signe d’espoir pour que l’on puisse, une fois la crise passée, relancer notre économie.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Accessoires produits pharmaceutiques et cosmétiques

Bouchages DIN 18

FRAMEPACK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Lille

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Mitry-Mory

Fourniture de colis de Noël pour personnes âgées

DATE DE REPONSE 09/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS