Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Coup dur dans l'Indre : l'allemand Fresenius supprime 338 postes chez Fenwal

, , ,

Publié le , mis à jour le 17/10/2014 À 10H13

L'actionnaire allemand Fresenius arrête la production de poches de sang sur le site Fenwal de Lacs (Indre). Seule subsistera une activité de dispositifs de sécurité de transfusion. 338 emplois sont supprimés.

Coup dur dans l'Indre : l'allemand Fresenius supprime 338 postes chez Fenwal © DR

La direction de l'usine Fenwal à Lacs, près de La Châtre (Indre), a annoncé au comité d'entreprise le 16 octobre un plan de sauvegarde de l'emploi portant sur 338 postes sur 461. Ce plan de sauvegarde de l'emploi correspond à l'arrêt de toute la production des poches de sang, l'activité historique du site. Les salariés sont sous le choc. Au début du mois, la direction avait déjà annoncé que l'usine subirait du chômage partiel pendant dix jours d'ici la fin de l'année.

"La perte de notre principal client au Canada, la standardisation du produit qui a entraîné une baisse des prix de 25 % en trois ans, et une concurrence mondiale effrénée sur ce segment nous obligent à prendre cette décision douloureuse", explique un porte-parole de Fresenius, qui précise que l'actionnaire allemand participera activement à la revitalisation du bassin d'emploi. La direction de Fenwal exclut tout transfert d'activité vers l'une des quatre autres usines du groupe, en Amérique centrale et en Tunisie.

Une activité de fabrication de dispositifs de sécurité pour les transfusions sanguines est conservée. Elle permettra le maintien de 123 emplois.

L'usine Fenwal était devenue la propriété du conglomérat allemand en juillet 2012. A l'époque, Fresenius comptait s'ouvrir le marché nord-américain avec cette acquisition de Fenwal, qui a appartenu à l'américain Baxter.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

23/10/2014 - 23h09 -

Le groupe Fresenius décide d'arrêter la fabrication de poches de transfusion en France et supprime 338 emplois (73% du personnel) dans l'unique usine française de poches de transfusion, située à la Châtre, dans l'Indre. Ce site de production est pourtant vital dans un bassin économique rural déjà  fragile, où les industries sont rares et les possibilités de reclassement du personnel très minces. Les salariés contestent cette stratégie brutale et ont fondé un collectif de soutien afin de maintenir l'emploi dans leur usine et d'inciter le groupe Fresenius à assumer son devoir moral envers ses salariés et leur région.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle