Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Coup de chaud sur le prix des bières

, , , ,

Publié le

Conséquence inattendue du réchauffement climatique : le prix de la bière risque de flamber. C’est du moins ce que prédit une étude, menée par des chercheurs de l'Université de Pékin. En cause : la sécheresse et la canicule qui impactent le cours de l'orge, matière première de la boisson.

Coup de chaud sur le prix des bières
Sécheresse et canicule pourraient impacter le prix des bières.
© Franck Stassi

Si vous êtes amateur de bières et que le dernier rapport du Giec ne vous à pas encore convaincu de l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique, voilà peut être l'argument qui vous fera changer d'avis : selon une étude publiée par des chercheurs de l'Université de Pékin dans la revue scientifique Nature Plants, la bière pourrait bientôt devenir un produit de luxe. En cause : la répétition des périodes de sécheresse et de forte chaleur qui impacte le rendement de l’orge, élément principal de la boisson alcoolisée.

Des rendements d'orge 3 à 17% inférieur à la production actuelle

Composée essentiellement d'orge, une céréale particulièrement sensible aux variations climatiques, la production de bière pourrait subir de plein fouet les conséquences du réchauffement climatique. Selon les chercheurs de l'Université de Pékin, la production de la matière première pourrait diminuer de 3% à 17% selon la sévérité des canicules et de la sécheresse. Un constat basé sur l’évolution du cours de l’orge au cours des derniers événements climatiques. 

Résultat : avec moins de matière première, la production de la fameuse boisson diminuera également: "Pendant les périodes les plus extrêmes, la consommation de bière diminuera de 16%", indiquent les chercheurs. Dans certains pays, comme l'Argentine, la recul pourra atteindre 33% de la production actuelle.  

Doublement des prix

Une diminution des rendements qui se traduira également directement sur le prix de la boisson. "Notre modèle suggère que, si aucun effort pour réduire le réchauffement climatique n’est fait, le prix des bières pourrait, en moyenne, doubler", explique les chercheurs.

Concrètement, si la température augmente de 2-3 degrés, le prix des bières belges passerait à 4,78 euros par litre contre 2,46 euros actuellement. Pire, dans certains pays comme l’Irlande où la boisson fait pourtant partie du patrimoine local, l’augmentation pourrait atteindre les 193%. De quoi motiver les plus réfractaires à faire des efforts contre le réchauffement climatique.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle