Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Coup d’arrêt sur le projet hydrolien d'Engie/GE dans le raz Blanchard

Publié le

Engie et General Electric stoppent leur projet de ferme hydrolienne pilote dans le raz Blanchard au large de Cherbourg (Manche).

Coup d’arrêt sur le projet hydrolien d'Engie/GE dans le raz Blanchard © OpenHydro - DR

Engie (ex GDF-Suez) se déclare "contraint" d’arrêter son projet de ferme hydrolienne pilote dans lequel il était engagé avec General Electric (Ex Asltom) dans le raz Blanchard à quelques encablures de Cherbourg (Manche) entre la pointe ouest du cap de la Hague et l’ile anglo-normande d’Aurigny. "Nous arrêtons le projet Nepthyd (Normandie Energie PiloTe HYDrolien) en raison du manque de visibilité concernant l’un de nos fournisseurs", a indiqué un porte-parole d’Engie à l’Usine nouvelle.

Ce fournisseur qu’Engie se refuse à nommer, n’est autre que le fabricant General Electric (GE) qui en rachetant en 2015 les activités "énergie" d’Alstom, a repris sans enthousiasme le projet hydrolien porté par Alstom. "Nous sommes contraints de retarder le développement lié à l’hydrolien" indique une source proche du dossier chez General Electric. "Entre 2009 et 2013, il y a eu un engouement pour l’hydrolien, mais les conditions de marché de cette technologie ne sont pas à la hauteur des espérances ; il n’y a pas de demande de la part des opérateurs ; or avec l’hydrolien, on affaire à une technologie nouvelle impliquant des investissements lourds".

Le raz Blanchard : un potentiel de plus de 3 gigawatts

La ferme pilote d’Engie/GE était composée de quatre hydroliennes (d’1,4 MW), ces turbines sous-marines qui transforment l’énergie des courants marins en électricité. Un autre consortium, formé par EDF et DCNS - à la tête d’une ferme pilote de 7 hydroliennes de 2 MW - est engagé dans l’hydrolien dans le même "raz Blanchard", le premier gisement hydrolien français. C’est l’un des courants de marée côtiers les plus puissants du monde, avec un potentiel d’énergie estimé à plus de 3 gigawatts (GW), plus de deux réacteurs EPR.

"Si d’autres opportunités se présentent, nous les étudierons, indique le porte-parole d’Engie. Nous continuons à placer l’hydrolien au cœur des énergies marines renouvelables à développer en France. Nous avons acquis un savoir-faire et des compétences". Interrogé par l’Usine Nouvelle sur la question de savoir s’il reste intéressé par le gisement du raz Blanchard, l’énergéticien a répondu par l’affirmative.

Engie qui porte ce projet depuis 2010, avait gagné en 2014 l’appel à manifestation d’intérêt de l’Ademe sur les fermes pilotes hydroliennes. Il avait également réalisé l’enquête publique et était en passe d’obtenir les autorisations administratives en France. Les aides de l’Etat français pour son projet avaient par ailleurs été validées par la Commission européenne et l’ingénierie sommaire était "en cours de finalisation" pour une installation des hydroliennes dans l’écume du raz Blanchard en 2018.

Claire Garnier

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

29/07/2018 - 20h04 -

Je suis très déçu du gouvernement Macron Et de M Hulot qui mettent en arrête cette énergie non polluante qui est hydrominéral quelle honte et aberration. Au profit de ce nucléaire qui pollue pour un temps si long après la vente aux américain Alstom pour les turbines nucléaire et des barrages à qui profite tout cela je le ressent comme une trahison envers les Français !!! Et notre indépendance ....
Répondre au commentaire
Nom profil

16/01/2017 - 13h17 -

Les Américains cassent ces projets prometteurs et moins polluants pour maintenir l'industrie française dépendante de leur pétrole.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle