Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Coup d’arrêt au projet d'usine d’avion léger LH 10 au Maroc pour cause de désaccords entre actionnaires

, , , ,

Publié le

Le torchon brûle entre l’associé marocain de LH Aviation et cette jeune PME aéronautique qui a annoncé l’an dernier la construction d’une usine d’assemblage complet de son avion léger de surveillance LH-10. Le principe du projet ne serait pas remis en cause.

Coup d’arrêt au projet d'usine d’avion léger LH 10 au Maroc pour cause de désaccords entre actionnaires
Le LH-10 M devait être la déclinaison, fabriquée au Maroc, du LH-10 un appareil léger de surveillance
© LH aviation LH

Le fabricant d’avion ultraléger LH Aviation arrête « momentanément » son projet annoncé en avril 2014 de fabriquer des appareils complets au Maroc dans une usine dédiée à Casablanca.

A l’origine de cette décision, des tensions entre la maison mère du projet la PME française LH Aviation et son associé marocain Mohsine Bennani-Karim.

Selon un communiqué de LH Aviation du 16 avril « les désaccords très importants entre LH Aviation et Mohsine Bennani-Karim, ainsi que son absence pendant plusieurs mois, sont bien à l’origine de ces retards ».

Néanmoin l'entreprise basée à Melun-Villaroche (Seine-et-Marne) "réaffirme son attachement à son projet d’usine marocaine pour la fabrication du LH-10 M qui pourrait être le premier avion entièrement fabriqué au Maroc".

Pour ouvrir cette usine devant produire à terme 80 appareils par an, LH Aviation,s’était associée au printemps 2014 à Mohsine Bennani-Karim, un homme d’affaires venu du textile, sans expérience de l’aéronautique. Celui-ci avait pris 10% du capital de l’entreprise française pour 4 millions d’euros.

En parallèle, les deux partenaires avaient créé LH Aviation Maroc une société commune détenue à 51% de LH Aviation et 49% par Mohsine Bennani-Karim qui devait porter le projet d’usine à Casablanca.

un atelier exiSte

Signe des dysfonctionnements entre les parties, LH Maroc avait communiqué en solo en février 2015 auprès de la presse marocaine au milieu de rumeurs sur l'arrêt du projet, pour indiquer que celui-ci suivait son cours. Ceci sans que LH Aviation n'en ait été informé au préalable, selon l'entreprise francilienne.

Pour rappel, LH Aviation a été cofondée en 2004 par Sébastien Lefebvre, 34 ans, un ingénieur de Supaero. En 2010, le fonds d'investissement Magellan est entrée à son capital, le fondateur de ce fonds Christophe Remy devenant président du,jeune constructeur aéronautique.

L'entreprise n'affichait en 2013 selon les comptes déposés qu'une chiffre d'affaires de 58 000 euros pour 5,8 millions d'euros de charges d'exploitation. Une levée de fonds de 2 millions d'euros avait été annoncée à l'automne 2013. LH Aviation avait aussi communiqué en 2013 sur un projet d'achat des drones Infotron, société qui a finalement été reprise par Gorgé.

LH-10 M, dérivé de l’appareil léger LH 10 Ellipse

Au Maroc, l’usine de Casablanca devait fabriquer le LH-10 M, dérivé "Made in Morocco" de l’appareil léger LH 10 Ellipse, un petit avion polyvalent tout composite à vocation de formation, surveillance, reconnaissance armée ou opérations spéciales.

LH Aviation explique avoir déjà investi 3 millions d’euros dans sa filiale marocaine. En attendant la construction de l’hypothétique usine principale qui doit se situer près du site de l’aéroport Mohammed V à Nouaceur près de Casablanca, LH Maroc a d’ailleurs lancé un atelier à Tit Mellil, un quartier industriel à l’est de Casablanca.

Une quinzaine de salariés y ont été embauchés et formés pour travailler sur des éléments du LH10 et "l’assemblage d’une version électrique du LH-10".

L’annonce du projet avait reçu un important retentissement au Maroc, notamment lors de son annonce lors du Marrakech Air Show en avril 2014. Il était vu d’un œil très favorable par les pouvoirs publics marocains et toute la filière.

Ce projet, s’il aboutit, serait le premier appareil entièrement construit dans le royaume, alors que les investissements dans la fabrication de composants aéronautiques (Bombardier, Aerolia, Airbus…) s’y sont multipliés ces dernières années.

Pierre-Olivier Rouaud

 

(nb L'Usine Nouvelle n'est parvenue à joindre aucune des deux parties)
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle