Cosserat, le plus ancien fabricant de velours, va fermer

Social
Partager
Christian Criegee, le directeur général de C&V Cosserat International, a réuni, le 20 mai, les 63 salariés de l'entreprise de façon informelle pour leur annoncer son projet d'arrêter la production de l'usine d'Amiens (Somme). Les terrains seront vendus ainsi que les machines pour ne conserver sur place qu'une petite société de négoce d'une dizaine de personnes. Le 26 mai, la procédure officielle de consultation du personnel a été engagée dans un climat très tendu. Avec la fermeture annoncée de Cosserat, l'un des tout derniers fabricants de velours français et l'un des plus anciens au monde (fondé en 1794), une page se tourne pour le célèbre « velours d'Amiens ».

L'entreprise familiale allemande Cord & Velveton, le spécialiste du tissu brut, avait repris la société Cosserat en redressement judiciaire, mais connue pour son savoir-faire dans la teinture, à la barre du tribunal de commerce d'Amiens en 2004. Elle n'a pas été en mesure de résister aux prix de fabrication du premier atelier du monde, résume Christian Criegee : « le prix de revient d'un pantalon en Chine se situe entre 5 et 7 euros. Le transport de ce pantalon par conteneur maritime depuis la Chine coûte entre 6 et 8 centimes d'euro ». Le directeur ajoute que les entreprises de confection - les clients de C&V Cosserat International - sont elles-mêmes en train de disparaître, y compris en Turquie et au Maghreb. « Les grandes chaînes de distribution textile préfèrent aujourd'hui travailler directement avec la Chine ».

De leur côté, les salariés voient leur entreprise s'effilocher depuis des années. Elle comptait 168 salariés au moment du dépôt de bilan en janvier 2004. La reprise par C&V s'était accompagnée d'une première restructuration à 121 salariés. Par la suite, l'établissement a continué à fondre, jusqu'à la dernière restructuration - provoquée par une baisse importante des commandes - en novembre 2007 avec 23 licenciements. Les élus du CE accusent aujourd'hui leur propriétaire d'avoir « prémédité » cette fermeture programmée en reprenant Cosserat, à la barre du tribunal, pour 482 000 euros en 2004. « Sa stratégie était de déménager le savoir-faire de Cosserat en Allemagne et de s'emparer de la marque Cosserat » affirme Alain Sac-Epée, élu FO.

Christian Criegee dément, pour sa part, cette hypothèse d'un transfert du savoir-faire vers l'Allemagne : « le velours est aussi touché en Allemagne qu'en France ». Il précise que l'activité de son groupe qui résiste le mieux - car peu délocalisable - est celle du tricotage de matelas.

Alain Sac-Epée et ses collègues de l'intersyndicale FO-Cfdt-CGC ont l'intention de se battre pour obtenir le dépôt de bilan de Cosserat et être en situation d'attirer un repreneur. « En décidant de tout arrêter et de tout vendre, la direction ne nous laisse aucune chance ».

De notre correspondante en Picardie Claire Garnier

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS