Economie

Union sacrée d'Air Liquide, PSA, Valeo et Schneider Electric pour produire en urgence des respirateurs

, , , ,

Publié le , mis à jour le 31/03/2020 À 17H28

A la demande du gouvernement et pour répondre aux besoins croissant des hôpitaux, un consortium de quatre industriels français réunissant Air Liquide, PSA, Schneider Electric et Valeo a été constitué le 31 mars pour produire 10 000 respirateurs en 50 jours. A quoi ressemblera ce groupement d'entreprises inédit qui doit relever un véritable défi industriel? 

Union sacrée d'Air Liquide, PSA, Valeo et Schneider Electric pour produire en urgence des respirateurs
Les groupes industriels Air Liquide, PSA, Schneider Electric et Valeo ont constitué un consortium visant à produire davantage de respirateurs. /Photo prise le 17 mars 2020/REUTERS/Kai Pfaffenbach
© KAI PFAFFENBACH

Sommaire du dossier

Face à la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, les industriels se mobilisent. La mise en place d'un consortium exceptionnel a été annoncée mardi 31 mars par le président de la République Emmanuel Macron à l'issue d'une visite de l'entreprise Kolmi-Hopen, spécialisée dans la fabrication de matériel médical et chirurgical, à Saint-Barthélemy-d'Anjou (Maine-et-Loire). "250 respirateurs lourds seront livrés dans les huit prochains jours, puis l'objectif est de monter en volume pour fournir 10 000 respirateurs d'ici mi-mai", a annoncé le chef de l'Etat.

Quatre entreprises apporteront leur concours pour relever ce challenge industriel inédit piloté par Air liquide. "Les sociétés Air Liquide, Groupe PSA, Schneider Electric et Valeo ont mis en place un groupe de travail (...) pour définir le plan d'actions nécessaires pour augmenter la production des respirateurs Air Liquide Medical Systems déjà référencés par de nombreux hôpitaux en France et à l'étranger", déclarent-elles dans un communiqué. "Ce sont en réalité une centaine d'entreprises qui sont mobilisées pour fournir les 300 composants essentiels à la fabrication de ces respirateurs", précise Air Liquide. 

"La production en 6 semaines de 10.000 respirateurs de réanimation, soit une multiplication par près de trente des rythmes préalables à la crise actuelle, est une nouvelle illustration de l’exceptionnel engagement de l’industrie française dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19", a déclaré Agnes Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie. 

Quel rôle tiendront chacun des industriels ? 

Air liquide, coordinateur du projet

Air Liquide a déjà engagé un processus de triplement de sa capacité de production à la mi-mars, à la suite d’une première commande par le ministre de la Santé de 1 000 respirateurs à la société Air Liquide Medical Systems, sa filiale spécialisée. "Ces respirateurs de réanimation sont d’ores et déjà en cours de production par les équipes du site d’Antony (Hauts-de-Seine); les deux tiers seront fournis aux établissements de santé avant la fin du mois d’avril", précise l'entreprise.  

Le 22 mars, le gouvernement avait demandé à un groupement d'industriels français d'étudier la possibilité d'augmenter la production. Ce travail a abouti à une proposition le 27 mars pour la fourniture de deux modèles de respirateurs d’Air Liquide Medical Systems. 

Les experts d'Air Liquide travailleront en binôme avec les experts dédiés envoyés par les autres partenaires dans chaque domaine. Trois lignes de production supplémentaires seront mises en place dans ses deux usines à Antony (Haut-de-Seine) et à Pau (Pyrénées-Atlantiques), permettant d'augmenter "les cadences de production de certains respirateurs par 70."

"Pour compléter le travail effectué par les équipes d’Air Liquide, ce programme de production intensif nécessitera la mobilisation de 240 opérateurs supplémentaires, dont 185 à Antony", indique le fabricant. Cette main d'oeuvre supplémentaire sera issue du consortium sur la base du volontariat. L'assemblage du bloc central des respirateurs sera effectué sur le site de PSA à Poissy (Yvelines), avant d'être livré aux équipes d'Air Liquide Medical Systems à Antony, qui s'occuperont de l'assemblage final et du contrôle qualité. 

Ainsi, "plus d’une centaine de respirateurs par semaine seront livrés jusqu’à mi-avril puis plus de 1 000 par semaine", précise le constructeur, qui "s'est engagé à fournir ces respirateurs à prix coûtant et sans répercuter les coûts exceptionnels induits par la mise en place de ce programme industriel inédit."

 

Schneider Electric fournira des opérateurs et du matériel 

Dans le cadre de ce groupement de travail inédit, Schneider Electric fournira en accéléré du matériel permettant de réorganiser les lignes de production. Le groupe apportera également son soutien "à la sécurisation des approvisionnements (électronique, électrotechnique)", précise le géant français de l'automatisation. 

Par ailleurs, les experts en Lean Manufacturing de Schneider Electric apporteront leur expérience aux équupes de PSA pour améliorer les lignes de fabrication existantes pour deux types de respirateurs, les T60 (dont la production doit tripler) et ceux de la gamme Osiris (dont la production doit être multipliée par 70). 

Enfin, sur la base du volontariat, Schneider Electric fera appel à ses employés pour occuper des postes d'opérateurs sur le site d'Air Liquide à Antony. "En quelques heures, près de 100 collaborateurs se sont déjà portés volontaires", affirme le groupe. 

Valeo se chargera de la gestion des approvisionnements et fournira des ingénieurs et des techniciens

L'équipementier automobile Valeo s'occupera de la gestion des fournisseurs et de l'approvisionnement des pièces nécessaires à la fabrication en "constituant une équipe dédiée d'acheteurs". Des ingénieurs spécialisés dans la production industrielle à grande échelle seront par ailleurs détachés sur le site d'Antony. Valeo s'engage également à former des équipes de production dédiées à la fabrication rapide des respirateurs.

En tout, "une vingtaine d’ingénieurs et techniciens volontaires" seront mobilisés pour "répondre aux besoins de l'accélération de la production", précise l'équipementier dans un communiqué. 

PSA assemblera les pièces du bloc principal des respirateurs à Poissy

Une cinquantaine de salariés volontaires de l’usine PSA de Poissy (Yvelines) vont assembler 8 500 respirateurs pour le compte d’Air Liquide. Après avoir visité le site de production de respirateurs de ce dernier à Antony (Hauts-de-Seine), les partenaires ont décidé que PSA pouvait prêter main forte sur la production du bloc métallique central du système - un point bloquant pour augmenter drastiquement les capacités de production d'Air Liquide, même s'il en fabrique déjà lui-même à Antony - en s'appuyant sur son expertise en mécanique.

Des salariés de PSA iront également prêter main forte sur le site d'Antony (Hauts-de-Seine) d'Air Liquide.

Découvrez ici le récit de cette mobilisation :

Hubert Mary, avec Reuters (Rédaction de Paris)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte