Coronavirus: Droits de retrait et procédures ajustées dans le nucléaire

par Benjamin Mallet
Partager
Coronavirus: Droits de retrait et procédures ajustées dans le nucléaire
EDF a dû modifier ces derniers jours des procédures de contrôle de radioactivité au sein de ses centrales nucléaires après l'exercice par quelques salariés de leur droit de retrait pour cause de crainte de contamination par le coronavirus, ont indiqué à Reuters des sources syndicales et industrielle. /Photo prise le 20 février 2020/REUTERS/Arnd Wiegmann

PARIS (Reuters) - EDF a dû modifier ces derniers jours des procédures de contrôle de radioactivité au sein de ses centrales nucléaires après l'exercice par quelques salariés de leur droit de retrait pour cause de crainte de contamination par le coronavirus, ont indiqué à Reuters des sources syndicales et industrielle.

Les procédures en question concernent la mesure de la radioactivité des intervenants à la sortie des zones nucléaires, imposant aux salariés de passer en sous-vêtements dans des portiques étroits équipés de capteurs, aux dimensions de cabines de douches, qui risquent d'être des vecteurs de propagation du virus.

Les changements mis en oeuvre par EDF incluent le nettoyage des portiques au moins deux fois par plages de huit heures, le respect de distances de sécurité entre intervenants, le lavage et la désinfection des mains ainsi que le port de gants, selon des consignes diffusées en interne à partir de mardi.

Le problème "a été réglé ou va l'être très prochainement à condition que les consignes soient respectées", a indiqué à Reuters Thierry Raymond, délégué syndical central CGT.

Thomas Plancot, coordinateur des métiers du nucléaire pour la CGT, a précisé que plus d'une dizaine d'intervenants au total - en très grande majorité des prestataires - avaient fait valoir leur droit de retrait au sein des centrales de Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne) et Chooz (Ardennes) au moins, dont un sexagénaire se considérant parmi les populations les plus exposées en raison de son âge.

Concernant les mesures de confinement prises par le gouvernement et leur impact sur l'organisation du travail au sein des centrales, Thierry Raymond estime qu'il y a eu "un flottement" en début de semaine mais que "la situation est un peu plus claire aujourd'hui, avec une distinction nette entre les salariés qui sont en télétravail et ceux qui sont nécessaires à l'exploitation et qui travaillent toujours sur site".

LES "GESTES BARRIÈRE" EN QUESTION DANS LES CENTRALES

"Il y a eu des explications sur les gestes barrières et ça ne se passe pas trop mal", a-t-il ajouté.

Une source industrielle a pour sa part confirmé que des salariés avaient exercé leur droit de retrait dans au moins une des 19 centrales du parc nucléaire français, estimant pour sa part que l'application des "gestes barrière" sur site laissait encore à désirer, notamment en ce qui concerne les distances de sécurité, en raison d'attroupements de salariés à l'heure de la pause café ou du déjeuner.

Cette source ajoute cependant que ces problèmes n'ont que peu de risques d'avoir un impact sur la production ou sur la sûreté des centrales et reconnaît que la baisse des effectifs sur sites survenue ces derniers jours permet plus facilement à chacun d'organiser son travail de manière à ne pas croiser trop d'intervenants au cours de sa journée.

Un porte-parole d'EDF a pour sa part déclaré que les 40 réacteurs du parc en fonctionnement produisaient normalement et qu'il n'y avait "pas de désorganisation liée au virus" - les autres sont en maintenance.

EDF, qui ne communique ni sur les taux d'absentéisme liés au virus ni sur le nombre de cas avérés parmi ses effectifs, indique disposer de plans permettant de faire fonctionner ses centrales nucléaires avec 25% de personnel en moins pendant trois mois et 40% en moins pendant deux à trois semaines.

Le groupe n'appelle plus désormais sur sites que les personnels chargés du pilotage des centrales, des opérations de maintenance, des activités de sûreté et de la surveillance de l'environnement.

"Notre priorité, c'est de préserver la santé de nos salariés et de préserver la sécurité de nos installations", a déclaré vendredi son PDG, Jean-Bernard Lévy, sur Europe 1.

"Même dans nos plans les plus pessimistes, nous pensons être en mesure à tout instant de produire suffisamment d'électricité pour tous les Français", a-t-il également dit.

(Edité par Henri-Pierre André)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - KOUNGOU

Mise en place de vidéo protection.

DATE DE REPONSE 06/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS