Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

COP22 : après une semaine de négociations, nouvelle étape avec l'arrivée des chefs d'États

, ,

Publié le , mis à jour le 15/11/2016 À 15H17

En cette deuxième semaine de COP22, le Maroc s'apprête à accueillir une quarantaine de chefs d’États et une trentaine de chefs de gouvernements à Marrakech pour aborder "le segment haut niveau" qui permettra de dire si les négociations vont accoucher d'une "COP de l'action".

COP22 : après une semaine de négociations, nouvelle étape avec l'arrivée des chefs d'États © cop22

Un bilan à mi-parcours positif dixit Salaheddine Mezouar, président de la COP22. "Bonne nouvelle ! 105 Parties ont ratifié l'Accord de Paris à ce jour et nous encourageons les autres à faire de même [109 selon les derniers pointages]", a-t-il annoncé samedi lors d'une conférence de presse avec la secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Patricia Espinosa faisant un bilan à mi-chemin de la Conférence des Nations unies sur le climat, à Marrakech. Mais sans évoquer vraiment les sujets "durs" comme les 100 milliards de dollars par an de financements attendus par les pays du sud.

À partir de ce mardi, les concertations se tiendront sur le "segment haut-niveau" en présence d'une quarantaine de chefs d'États dont François Hollande et le roi du Maroc ainsi qu'une trentaine de chefs de gouvernement pour placer la partie supérieure de l'édifice climatique avec la présence de Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU. Doivent être notamment présents Michelle Bachelet pour le Chili, l'américain John Kerry et une pleide de dirigeant africain dont l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi mais aussi le président soudanais Omar El-Béchir recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre au Darfour.

Au total 180 responsables de haut niveau, chef d'Etat et de gouvernement ou ministres seront présents à Marrakech.

Ban Ki-moon, qui a eu ces derniers mois des relations tendues avec le Maroc à propos du Sahara occidental a loué l'organisaiton marocaine de la COP22 et appellé à "éliminer" les subventions aux énergies fossiles" et à "tous les pays à augmenter leurs engagements nationaux pour lutter contre le changement climatique".

Pour accélérer la mise en oeuvre de l’Accord de Paris, Salaheddine Mezouar a précisé que la présidence avait soumis l'Appel de Marrakech destiné à accélérer la dynamique de l'Action climatique à toutes les Parties.

Les fondations posées par les négociateurs des différentes délégations nationales ont abouti à un "draft", une version préliminaire des conclusions de la première conférence des parties à l’Accord de Paris (voir le document en anglais ci-dessous). Un document sans grand relief.

"D’importantes avancées ont été accomplies sur la majorité des thématiques lors de la première semaine des négociations de la COP22’’ a néanmoins moins déclaré Salaheddine Mezouar au coté de Patricia Espinosa.

Les deux représentants ont salué le rythme des ratifications de l’Accord de Paris au nombre de 105 parties à ce jour dont les Etats-Unis, l'UE, l'Inde, le Japon, l'Australie récemment ainsi que 90 pays qui ont déclaré des contributions formelles. Manque notamment à l'appel, parmi les grands émetters, la Russie.

La secrétaire exécutive de la CCNUCC a salué également les avancées réalisées pendant la première semaine de la Conférence durant laquelle la COP22 a présenté de nombreuses mesures climatiques initiées par des organismes non étatiques, et démontré une forteimplication de la jeunesse mondiale à Marrakech.

Reste à savoir concrètement si Marrakech arrivera à matérialiser les espoirs nés de la ratification de l'Accord de Paris.

Les États-Unis, dont l'accès à la future présidence par Donald Trump, climato-sceptique, a jeté un froid sur la COP22 poursuivront  leur engagement (sous entendu jusqu'à la fin du mandat de Barack Obama, le 19 janvier) a indiqué le négociateur climat américain Jonathan Pershings lundi.

Ce même lundi, Xie Zhenhua, le négociateur pour la Chine, pays qui a été avec les Etats-Unis le véritable déclencheur de l'Accord de paris  a rappelé l'engagement de l'ex-Empire du milieu. Pour lui "répondre au défi du changement climatique est notre responsabilité commune et partagée".

Le président François Hollande doit, lui, accorder ce mardi à 18h30 (heure française) de Marrakech une interview télévisée en direct aux chaînes d'infos France24, TV5 Monde et RFI. Le nouveau contexte international, sur les négociations climat notamment mais pas seulement, créé par l'élection de Donald Trump, ainsi que l'Afrique seront au coeur de cet entretien.

Nasser Djama et Pierre-Olivier Rouaud

COP22 : Consultations Sur La Première Session de La Conférence Des Parties

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle