L'Usine Energie

COP21 : Optimiste, Laurent Fabius presse les négociateurs d’aller plus vite

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Après deux jours de négociations sur l’accord de Paris pour la COP21, le président Laurent Fabius appelle à accélérer les discussions. Son désir est qu’un pré-accord soit prêt dès la fin de cette semaine.


Laurent Fabius lors de la conférence de presse - Crédits Twitter CC

Mercredi 2 décembre, sur le site de COP21 au Bourget (Seine-Saint-Denis), Laurent Fabius, président de la COP, et Christina Figueres, secrétaire exécutive de l’ONU en charge du climat, tenaient leur première conférence de presse après deux jours de négociations.

Le ministre français s’est montré optimiste mais il appelle les négociateurs à avancer encore plus vite : "La COP21 a pris un bon départ marqué par l’impulsion politique donnée par les 150 chefs d’Etats présents lundi (…) mais mon premier message est qu’il faut accélérer car il reste beaucoup de travail".

Dans ce cadre, il a demandé à ce que, dès samedi 5 décembre à midi, lui soit remis un projet de pré-accord. La COP21 se terminera le 11 décembre. "L’objectif est que beaucoup d’options soient déjà tranchées dès la fin de la première semaine".

Si Laurent Fabius reste pour l’heure évasif sur les points de négociation qui avancent et ceux qui accrochent, il témoigne cependant de la soif de" justice climatique" qui habite les interventions des négociateurs des pays émergents.

"L’idée est qu’il y a  une responsabilité des pays qui ont bâti leur prospérité industrielle sur l’énergie carbonnée à une époque où des pays moins avancés ne les utilisaient pas ou peu".

Bill Gates à l’honneur

Selon Laurent Fabius et Christina Figueres, le travail des négociateurs est largement porté par le contexte dynamique qui entoure le travail sur l’accord de Paris. Laurent Fabius met ainsi en exergue la "Mission Innovation" qui, réunie autour de Bill Gates, regroupe 20 pays et 27 investisseurs privés pour favoriser la recherche sur les énergies propres. Il salue aussi l’alliance solaire internationale, portée par l’Inde, qui réunit 120 pays autour du développement du photovoltaïque.

Christina Figueres souligne également le nombre de solutions au changement climatiques qui sont présentées sur les différents espaces de la COP. Pour elle, cela souligne que "personne ne va attendre 2020 pour mettre en place l’accord de Paris (date de son entrée en vigueur). Les villes, les entreprises, les investisseurs, les assurances… tous s’y engagent déjà largement".

Au Bourget, Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte