COP21 : "L’agriculture représente un enjeu important en termes de réduction de gaz à effet de serre", pour Emmanuel Faber de Danone

La COP21 s'ouvre officiellement lundi 30 novembre à Paris. L'Usine Nouvelle a demandé à des patrons d'industrie leur opinion sur cette conférence climat très attendue. Premier volet avec trois questions à Emmanuel Faber, directeur général du groupe Danone sur les actions que mène le géant français de l’agroalimentaire, en faveur de l’environnement. L’agriculture occupe une place importante.

Partager


D.R

L'Usine Nouvelle : Pouvez-vous citer un projet concret qui pourrait faire de votre entreprise un modèle pour d’autres en matière de lutte contre le réchauffement climatique ?
Emmanuel Faber : Grâce à notre fonds baptisé Livelihoods, nous menons des programmes de séquestration de carbone. Avec l’ONG Océanium, nous avons pu replanter 8 000 hectares de mangroves, notamment en Casamance, au Sénégal.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cela a permis de contribuer au retour des ressources vivrières dans l’écosystème (poissons, coquillages...) et donc à des ressources financières pour les habitants. D’autres programmes similaires ont été menés en Inde et en Indonésie.

Sur quel point précis avez-vous encore du travail à fournir ?
Même si des progrès restent toujours à faire, nous avons beaucoup réduit nos consommations d’énergie, d’eau et d’emballages dans notre périmètre direct.

Aujourd’hui, nous voulons travailler sur nos approvisionnements, particulièrement dans le domaine agricole. 45 % des émissions carbone de notre écosystème sont en contrôle direct.

90 % de ce qui échappe à notre contrôle direct provient de l’agriculture. Nous allons mener des actions sur la façon dont travaillent nos agriculteurs. Cela passera par une forme de contractualisation, soit avec des agriculteurs en direct ou des organismes de producteurs, sur des conduites culturales plus respectueuses de l’environnement.

Lutter contre les émissions de C02 : surcoût ou opportunité pour votre entreprise ?
Les entreprises ont un rôle majeur à jouer dans la réduction des émissions de gaz à effet de serres. Les états n’ont pas toutes les clefs. Nos actionnaires ont investi 100 millions d’euros en 2009, pour des programmes en faveur de l’environnement. Cette somme a été abondée par 50 millions issues d’ONG et autorités locales.

Le premier fonds Livelihoods a bénéficié de 45 millions d’euros de financement. Le second, en partenariat avec le groupe Mars, devrait s’appuyer à terme sur 100 millions. L’ensemble des investissements que nous menons, en partenariat avec des ONG et des autorités gouvernementales, sont souvent des actions rentabilisées à long terme. Elles s’inscrivent dans une vision d’avenir du groupe.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DANONE
ARTICLES LES PLUS LUS