Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Cooper Standard pourrait quitter le site historique de la Barre Thomas à Rennes

, , , ,

Publié le

L’équipementier de l'automobile cherche à réaliser des économies, son site rennais étant surdimensionné. Une réflexion est en cours pour créer un nouvelle usine sans pour autant supprimer d'emplois.

Cooper Standard pourrait quitter le site historique de la Barre Thomas à Rennes
Pièce de suspension
© Cooper Standard Automotive

Cooper Standard France est filiale du groupe nord-américain du même nom. Ses activités de fabrication de pièces en caoutchouc pour l'automobile se répartissent dans l'Hexagone entre Vitré et Rennes en Ille-et-Vilaine. S'y ajoute une petite unité de 90 salariés basée à Villebonne en Seine-Maritime. Quant au site voisin de Bolbec également situé en Seine-Maritime, il a été fermé en 2011 laissant sans emploi 316 personnes.

La CGT vient de dévoiler un document confidentiel concernant la stratégie à venir de Cooper Standard France qui entend gagner en productivité dans le contexte actuel de crise dans l'automobile.

Trois scénarios sont envisagés. Le premier consiste à concentrer une partie des activités de Cooper Standard France à Vitré tout en transférant les productions de pièces d'étanchéité en Pologne à Czestochowa où Cooper Standard possède une usine composée de 650 salariés. Si cette option est choisie, les activités rennaises seront sensiblement réduites.

L'autre scénario consisterait à concentrer à Rennes - 900 salariés - l'ensemble des activités du groupe avec la fermeture du site de Vitré composé de 700 salariés, le site de Lillebonne serait aussi fermé.

L'option qui devrait être suivie serait la troisième. Elle consisterait à vendre le site historique de la Barre Thomas à Rennes - 25 hectares dont 10 couverts - d'une valeur de 25 à 30 millions d'euros pour transférer l'activité rennaise en périphérie dans une nouvelle usine mieux adaptée aux besoins actuels de l'industriel. Dans ce scénario, Vitré et Lillebonne resteraient en activité.

"La décision finale sera prise en juin, explique-t-on à la direction générale de Cooper Standard France. Dans tous les cas, il n'y aura pas de licenciement, nous cherchons une solution de pérennité de nos activités dans l'Hexagone."

Cooper Standard France réalise les deux tiers de ses ventes dans les différents sites de montage de PSA en France. L'équipementier travaille pour d'autres constructeurs comme Renault.

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle