Quotidien des Usines

Cooper Standard Automotive : mauvais augures pour Lillebonne

, , ,

Publié le

Social. Quelques mois après la fermeture du site en juillet dernier de l’usine Cooper Standard Automotive de Bolbec (Seine-Maritime), la centaine de salariés de l’usine voisine de Lillebonne s’inquiète vivement pour leur avenir.
« Nous craignons la disparition de notre activité à court ou moyen terme, explique Christophe Eude, le secrétaire du comité d’entreprise. Nous fabriquons ici les mélanges, c’est-à-dire les caoutchoucs utilisés pour la fabrication de joints d’étanchéité pour l’automobile par les différents sites du groupe. Avant nous approvisionnions notamment l’usine de Bolbec, fermée suite à la fusion de notre entreprise avec la Société des Polymères de la Barre-Thomas (SPBT), basée à Rennes en Ille-et-Vilaine. Aujourd’hui la direction nous dit que ces mélanges peuvent être réalisés là-bas. Pire, dans l’organigramme du groupe, notre directeur a été intégré à la direction de la Division développement des mélanges. A ce titre, il a en charge de développer des mélanges, dont les nôtres, à Rennes. Par ailleurs, 30 % de notre activité est destinée à des clients en Pologne, mais nous avons constaté dans le dernier rapport de l’expert, que notre chiffre d’affaires avec ceux-ci n’apparaissait plus. Erreur ou signe prémonitoire ? Cela fait beaucoup pour les salariés de Lillebonne qui sont encore sous le choc du licenciement de leurs 300 collègues de Bolbec ».

De son côté, le directeur de l’usine de Lillebonne, Alain Flego, reconnaît que « la fusion entre Cooper Standard Automotive et la Société des Polymères de la Barre-Thomas, a vocation de créer des synergies. » Il veut rester toutefois rassurant : « Notre site a des atouts. Il dispose d’une force d’innovation et d’opérations solide, reconnue dans le groupe et il continue de travailler pour les fabrications parties de Bolbec vers Rennes. Le site est par ailleurs alimenté en matières premières par la plate-forme chimique toute proche d’ExxonMobil, un autre atout. Quant à la clientèle polonaise, si elle a disparu du rapport de l’expert, c’est uniquement par erreur. Il n’est pas prévu que Lillebonne cesse de la fournir ». De quoi rassurer ?

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte