Convoitises et dissensions autour de la reprise d’Ascométal

Saisi de quatre offres de reprise du groupe sidérurgique Ascométal, le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) ne devrait pas trancher avant le 19 mai. L’offre française défendue par Frank Supplisson a la préférence de la CGT et du ministère du Redressement productif. L’administrateur et la CFE-CGC expriment leur préférence pour le groupe brésilien Gerdau.

Partager
Convoitises et dissensions autour de la reprise d’Ascométal

Deux jours de Comité central d’entreprise extraordinaire n’ont pas permis aux syndicats d’Ascométal de définir une position commune quant à la reprise de leur groupe, convoité par quatre repreneurs potentiels. Les candidatures des deux fonds de pension en lice – Anchorage et Appollo, soutenu par Anne Lauvergeon - n’ont recueilli aucun soutien syndical.

La partie semble se jouer entre l’offre française Supplissson-Dollé-Forgeard et l’industriel brésilien Gerdau associé à l’algérien Cevital. "Seule la proposition Gerdau, robuste financièrement pour faire face aux développements et aux contributions pécuniaires des salariés non repris, atténuerait le marasme dans lequel se trouve Ascométal", estime la CFE-CGC, qui conditionne son soutien à la reprise par le groupe Cevital des sites de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Allevard (Isère), qui n’entrent pas dans le périmètre de la reprise prévu par Gerdau. L’industriel brésilien promet en revanche 150 millions d'euros d’investissements sur cinq ans et annonce une ligne de crédit de 230 millions d'euros.

De sources syndicales reprises par l’AFP, l’administrateur judiciaire se serait également montré favorable à l’offre brésilienne, qui maintiendrait 1 586 emplois sur un effectif de 1 900 salariés et procéderait à 166 embauches.

3 millions d'euros du conseil régional promis au projet français

La CGT estime pour sa part l’offre de Gerdau "inacceptable sur le plan social" et n’approuve guère la perspective d’un siège social basé à l’étranger. Le syndicat apporte donc un soutien mitigé à l’offre de Frank Supplisson, qui prévoit le maintien de 97 % des emplois, préserve l’intégrité du groupe et promet l’implantation du siège social à Hagondange (Moselle).

La motion de la CGT pointe néanmoins un montage financier reposant majoritairement sur des fonds de pension, les actionnaires n’apportant que 55 millions d’euros sur une offre chiffrée à 230 millions d’euros, et s’inquiète de possibles conflits d’intérêts au sein de la gouvernance de la future entité.

Le commissaire au Redressement productif Mathieu Aufauvre s’est également déclaré favorable à l’offre française, qui pourrait bénéficier d’un prêt via le "fonds de résistance économique". Le 12 mai, le conseil régional de Lorraine a également promis un prêt d’un montant de 3 millions d’euros au projet français.

L’audience du tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) se poursuivra jusque dans la soirée. La décision pourrait être connue dès le lundi 19 mai.

Pascale Braun

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SOURCES

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Nemours

Entretien et dépannage des logements (vacants/occupés) et des parties communes sur le patrimoine de Val du Loing Habitat

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS