Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Contretemps sérieux pour le projet d’enfouissement nucléaire de la Meuse

Ludovic Dupin

Publié le

Les opposants au centre Cigeo, censé accueillir les déchets les plus radioactifs du parc nucléaire, ont obtenu une décision judiciaire qui gèle temporairement le projet dont le début de construction est attendu pour 2018.

Contretemps sérieux pour le projet d’enfouissement nucléaire de la Meuse © Pascal Guittet

Les opposants au projet Cigeo (Centre industriel de stockage géologique) dans la Meuse ont obtenu une victoire judiciaire importante qui risque de retarder les travaux de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs). Les opposants ont saisi le tribunal administratif de Nancy qui a annulé la délibération de la commune de Mandres-en-Barrois, concernant la cession à l’agence du bois de Lejuc, une parcelle de 220 hectares.

C’est sous ce domaine que doit être construit un centre d’enfouissement à 500 mètres de profondeur dans une couche d’argile géologiquement stable. Selon l’Andra, elle est adaptée pour accueillir des colis contenant les combustibles usées, les déchets les plus radioactifs et à la plus longue durée de vie du parc nucléaire.

Cette cession remonte au 2 juillet 2015 quand le conseil municipal a autorisé la mairie à signer une convention avec l’Andra. Pour mener ce vote à bulletin secret, la mairie devait recevoir la demande d’au moins un tiers des conseillers municipaux. Mais l’administration de Mandres-en-Barrois n’est pas en mesure d’en apporter la preuve. Sur place, on justifie le vote à bulletin secret en raison des pressions des opposants.

Des conflits d’intérêts selon les opposants

La victoire des opposants est cependant sans doute temporaire puisque ce "vice de procédure" est régularisable selon le tribunal de Nancy. D’ici quatre mois, la commune de 127 habitants doit mener une nouvelle délibération, sans quoi la convention sera résiliée.

Selon le réseau Sortir du nucléaire, qui fait partie des associations d’opposants : "Parmi les conseillers municipaux, plusieurs étaient en état de conflit d’intérêt latent en raison des liens qu’ils entretenaient avec l’Andra : certains comptaient des membres de leur famille employés par l’Agence ou ses sous-traitants, d’autres s’étaient vu octroyer grâce à elle des baux de chasse ou des baux agricoles précaires. Il est évident que ces personnes qui pouvaient faire l’objet de pressions de la part de l’Andra, n’auraient pas dû prendre part au vote".

Ces quelques mois de délais pourraient ralentir un projet dont le calendrier commence à se resserrer. La demande d’autorisation de création est attendue pour 2018 et la mise en service de l’installation est prévue pour 2025. Son exploitation durera un siècle. Les opposants à Cigeo ont trouvé des relais politiques à leur combat car les candidats de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon et du Parti Socialiste, Benoît Hamon, s’opposent à la création de ce centre d’enfouissement.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus