Contrat socialOcé change de convention collectiveParce que ses métiers se transforment, le spécialiste de la bureautique abandonne les "grilles" du papier-carton pour celles de la métallurgie. Une occasion de passer au scanner les fonctions des cadres dans l'entreprise.

Partager

Contrat social

Océ change de convention collective

Parce que ses métiers se transforment, le spécialiste de la bureautique abandonne les "grilles" du papier-carton pour celles de la métallurgie. Une occasion de passer au scanner les fonctions des cadres dans l'entreprise.

C'est une révolution tranquille. Mais une révolution quand même. En l'espace de trois ans, le spécialiste de la bureautique Océ France (930millions de francs de chiffre d'affaires) a fait basculer l'ensemble de ses 950salariés de la convention collective du papier-carton vers celle de la métallurgie, plus en phase avec l'activité de l'entreprise aujourd'hui (la vente et la location de matériels). Cette décision, sans incidence sur les salaires, a permis de simplifier un système de classification compliqué propre à l'entreprise. Inconvénient de ce dispositif "maison": les salariés ne pouvaient pas l'utiliser comme référence sur le marché du travail.

Un travail d'analyse approfondi

Employés, techniciens et agents de maîtrise ont été les premiers à faire le saut. Les cadres les ont rejoints au mois de janvier dernier. Avec un régime spécial. Pour les cadres, le changement s'est accompagné d'un travail d'analyse approfondi, destiné à restituer la hiérarchie des postes en fonction des missions confiées dans l'entreprise. Car le système de classification des métiers cadres que propose la convention de la métallurgie (fondé sur les diplômes, les années d'expérience, le degré d'autorité) ne satisfaisait pas complètement les dirigeants d'Océ. "A l'occasion de ce transfert, nous voulions mesurer les compétences nécessaires pour exercer les postes de cadres dans la société et aboutir à la mise en place d'un système d'appréciation", explique Alain Corberand, le directeur des ressources humaines d'Océ. Aujourd'hui, bon nombre d'entreprises partagent cette préoccupation. D'abord, parce que l'approche taylorienne de description des postes devient obsolète. Désormais, pour décrire une fonction, on raisonne moins en termes de modes opératoires que par référence aux compétences utilisées. Ensuite, la récession a renforcé le besoin des entreprises de disposer d'une vision précise des forces sur lesquelles elles peuvent compter. Le ralentissement des embauches au cours des dernières années a en effet conduit les entreprises à relancer la machine de la mobilité interne. Or, pour que celle-ci soit efficace, les directions des ressources humaines ont besoin d'outils leur permettant de repérer rapidement les "gisements d'expertise". Chez Océ, le pas sera franchi avec l'aide d'un cabinet de conseil extérieur, l'américain Wyatt. "Dans un premier temps, il s'agit d'identifier les compétences en interne à partir d'une batterie de critères universels", explique le consultant Jean-Pierre Magot. Les cadres ont rempli un questionnaire visant à faire le point sur l'utilisation de ces différents critères dans leurs fonctions. Les résultats ont ensuite été convertis pour trouver une équivalence à l'intérieur de la nouvelle grille de classification de la métallurgie. Tout le monde n'a pas apprécié cette approche dérangeante. "Lorsqu'on procède à une remise en ordre de la hiérarchie des emplois, certaines susceptibilités sont froissées", reconnaît Alain Corberand.

Un droit de recours pour constester le niveau attribué

Il est vrai aussi que la méthode utilisée pour mener ce grand chambardement manque parfois de nuances.Responsable de la logistique des machines, Pierre, un diplômé de l'école Centrale, n'a par exemple pas apprécié le niveau qui lui a été attribué dans la nouvelle grille. "Mon poste évolue en fonction des projets qui me sont confiés, c'est une caractéristique que la démarche ne peut pas prendre en compte", rouspète ce cadre.Ingénieur et en tant que tel, "attaché à une certaine rigueur", Pierre a fait jouer son droit de recours pour obtenir "réparation". Dans l'ensemble pourtant, la grogne est restée cantonnée aux couloirs de l'entreprise.Et, bon gré mal gré, tout le monde s'est aujourd'hui fondu dans la nouvelle grille.

Jean Botella



les 15 critÈres de base de la nouvelle grille des cadres

Formation

Expérience professionnelle

Largeur des connaissance sur Océ

Profondeur du savoir-faire

Participation à la définition d'objectifs

Assimilation de connaissances nouvelles

Innovation

Relations internes

Relations externes

Capacité d'adaptation

Ampleur de la planification

Décision

Initiative

Dimension internationale

Animation ;projets inter-directions

Quel est le degré d'utilisation de chacune de ces compétences dans votre fonction ? C'est la question à laquelle les cadres d'Océ ont été invités à répondre. Les résultats du questionnaire ont été analysés pour placer les emplois cadres dans la nouvelle grille de classification.

USINE NOUVELLE - N°2449 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS