Continental Automotive condamnée pour défaut de reclassement

Social

Partager

Le conseil des Prud’hommes de Rambouillet (Yvelines) a partiellement condamné Continental Automotive à Rambouillet dans l’affaire qui l’opposait à 38 de ses anciens salariés. Ces derniers poursuivaient Continental Automotive pour deux raisons. Ils contestaient, en premier lieu, la validité économique du plan social engagé par l’entreprise en 2009 après le transfert d’une partie de la production vers une nouvelle usine implantée en Tunisie. Il faisait aussi grief à leur ex-employeur de ne pas avoir respecté les obligations légales en matière de reclassement.
« Le conseil nous a débouté en ce concerne la validité du plan social mais nous a donné raison sur le point du défaut de reclassement », explique maître David Métin, avocat des plaignants.

Selon maître Métin, 29 des 38 salariés percevront des dommages et intérêts. Ceux-ci correspondront à six mois de salaires pour 17 d’entre eux. Les douze autres toucheront l’équivalent d’un an de salaire.
« Nous allons étudier la possibilité de faire appel pour les neuf dossiers n’ayant pas reçu d’indemnisation mais aussi sur la question de la validité économique du plan social », poursuit Maître Métin.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Fin 2008, Continental Automotive avait décidé de supprimer 382 emplois sur les 760 de son site de Rambouillet, spécialisé dans la fabrication d’autoradios et de système de navigation. Commencés en avril 2009, les départs devraient s’échelonner jusqu’à la fin de l’année.


En Ile-de-France, Patrick Désavie


Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS