CONSTRUCTIONLA CRISE SE POURSUITLes réductions budgétaires du secteur public pèsent lourdement sur l'activité. Seule l'activité " rénovation du bâtiment " reste un peu mieux orientée.

Partager

CONSTRUCTION

LA CRISE SE POURSUIT

Les réductions budgétaires du secteur public pèsent lourdement sur l'activité. Seule l'activité " rénovation du bâtiment " reste un peu mieux orientée.



Le volume de l'activité sera cette année en recul d'environ 2,5 % dans le bâtiment et de plus de 3 % dans les travaux publics. Le désengagement de l'Etat et des collectivités locales assombrit l'horizon. Le financement du logement social est réduit de 8 milliards de francs, et la demande des marchés publics comprime les prix à l'extrême. Selon la Fédération nationale du bâtiment, " en cumulant la baisse de l'activité et la déflation, le chiffre d'affaires de la commande publique, qui constitue 30 à 50 % du chiffre d'affaires de la plupart des entreprises ayant plus de vingt salariés, chute, en francs courants, en moyenne, de 8 à 10 % par an ". Pour les travaux publics, dont l'essentiel de la demande émane des collectivités locales, la contrainte financière, la stagnation des dotations de l'Etat et la quasi-saturation de la pression fiscale locale impliquent une diminution globale des investissements. La concrétisation de la demande émanant de l'Etat, quant à elle, demeure souvent hypothétique : incertitudes sur le Fonds d'investissements pour les transports terrestres et les voies navigables, risques d'annulation de crédits liés à la révision en baisse de recettes fiscales, ou simplement reports..., autant d'aléas qui laissent largement ouverte la fourchette des prévisions, mais plutôt du côté négatif.

Si la demande du secteur public continue de se dérober, peut-on espérer une compensation du privé ? Il y a la mise en place du système des prêts à taux zéro pour l'acquisition de logements. Cette incitation et les autres n'ont pas encore vraiment porté leurs fruits. De fait, l'activité du bâtiment s'est sensiblement réduite depuis janvier. Même une remontée au second semestre n'empêchera pas le bilan 1996 d'être négatif. Pour les travaux publics, l'essentiel de la demande hors Etat et collectivités locales émane d'entreprises publiques, qui, presque toutes - qu'elles se portent bien ou mal -, sont au régime pour mieux affronter la compétition européenne. Seule la demande des sociétés autoroutières progresse encore (257 kilomètres d'autoroutes nouvelles à ajouter aux 1 184 kilomètres en cours). Quant aux besoins du secteur purement privé, ils sont eux-mêmes dépendants de l'activité " travaux neufs " du bâtiment (voiries et réseaux), dont les difficultés viennent d'être décrites. Toutes ces évolutions ont une répercussion négative sur la demande de matériaux. Mais la réhabilitation se porte un peu mieux que les travaux neufs, et, en outre, remarque Roger Maquaire, responsable des études économiques chez Saint-Gobain, " les produits permettant des améliorations qualitatives de l'habitat bénéficient d'un certain dynamisme de la demande ".









Jean-Pierre Cuny

P-DG de BPB Industries Plc


"L'évolution dans le secteur du bâtiment reste généralement incertaine dans les pays de l'Union européenne. Et il faut être d'une grande prudence dans l'évaluation des développements futurs. En France, on espère une reprise technique au second semestre, en liaison avec la mise en place de la formule du prêt sans intérêt. Mais les premiers mois de l'année ont été plutôt plats ou en légère décroissance. En Allemagne, l'activité s'est fortement ralentie, la tendance étant probablement à la baisse dans la partie ouest ; et encore positive dans l'ex- Allemagne de l'Est. Au Royaume- Uni, un raffermissement est attendu pour les mois qui viennent, mais, tout comme en France, sans grande certitude. L'utilisation de nouveaux produits permet de compenser la faiblesse du marché. En outre, la demande liée à la rénovation du logement constitue un élément stabilisateur dans une évolution très cyclique. Il faut aussi noter que la conjoncture du bâtiment des pays de l'Est est, dans l'ensemble, porteuse. Une présence dans chacun de ces pays génère un volume d'activité en forte progression. "

USINE NOUVELLE N°2555

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS