Constellation prêt à renoncer à sa coentreprise avec EDF

NEW YORK/PARIS (Reuters) - Constellation Energy Group s'est déclaré prêt vendredi à renoncer à la coentreprise Unistar qu'il possède avec son partenaire français EDF, avec lequel il est actuellement en conflit.

Partager

Dans une lettre adressée au directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, le groupe américain propose de céder sa part de 50% dans la JV formée pour développer des réacteurs de nouvelle génération (EPR) aux États-Unis, à un prix d'un dollar plus 117 millions de dollars de remboursement de coûts, soit une valeur "substantiellement inférieure à celle du marché", souligne-t-il dans le courrier.

Constellation, qui répond ainsi à une proposition faite la veille par Thomas Piquemal à son homologue américain Michael Wallace, ajoute que son conseil d'administration est prêt à approuver immédiatement ce transfert.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès d'EDF.

Les ambitions nucléaires du groupe français aux États-Unis se heurtent actuellement à des conflits à répétition avec son partenaire Constellation.

Parmi les pistes esquissées par EDF pour sortir de l'impasse, le groupe français a évoqué un rachat de la part de Constellation dans Unistar, avec la possibilité d'associer un autre partenaire américain au projet. Il a toutefois demandé que Constellation renonce en échange à l'option de vente qui a envenimé les relations entre les deux groupes ces dernières semaines.

Cette option autorise Constellation à vendre à l'électricien français jusqu'à deux milliards de dollars d'actifs qui, de l'avis d'analystes, valent beaucoup moins.

Le groupe américain s'est également retiré récemment d'un accord portant sur la construction d'un réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR dans l'État du Maryland, une décision face à laquelle EDF s'était déclaré "choqué".

Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS