Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Conjoncture au Maroc : opinion mitigée des patrons pour le deuxième trimestre, selon le HCP

, , , ,

Publié le

Les chefs d'entreprises marocains sont partagés sur leur niveau d'activité au deuxième trimestre. Mais les patrons de l'industrie manufacturière sont plus optimistes que la moyenne. C'est ce qui ressort du résultat des enquêtes d'opinion relatives aux réalisations du 1er trimestre 2013 et aux pronostics pour le 2ème trimestre 2013 du Haut-commissariat au plan marocain (HCP).

Conjoncture au Maroc : opinion mitigée des patrons pour le deuxième trimestre, selon le HCP
Viaduc d'Azemour au Maroc, le BTT tourne encore au ralenti.
© cimentsdumaroc.com

Alors que la croissance marocaine subit un trou d'air depuis l'an dernier, le moral n'est pas encore au beau fixe pour les patrons des entreprises sondés par le HCP dans sa dernière enquête trimestrielle de conjoncture.

Néanmoins, le secteur manufacturier se distingue. Pour ce deuxième trimestre 2013, celui-ci connaîtrait, selon une courte majorité des chefs d’entreprises interrogés une hausse d'activité au cours du 2ème trimestre 2013. Ainsi 41% des chefs d’entreprises prévoient une hausse, 40% une stabilité et 19% une baisse dans ce secteur, note le HCP

Les activités dans le domaine de l'industrie manufacturière ayant fait l'objet des avis les plus positifs sont les "Produits des industries alimentaires", les "Autres produits des industries alimentaires" et les "Ouvrages en métaux (non compris machines, matériel de transport)".  

Par ailleurs, dans le secteur des mines, une amélioration de la production est attendue aussi par les chefs d’entreprises. Cette hausse s’expliquerait par une progression conjuguée de la production des "Minerais métalliques" et de la production des "Minéraux non métalliques".

Les avis concernant la production du secteur de l’énergie n'iraient en revanche pas dans le même sens. Ils connaîtraient, plutôt, une baisse due, "exclusivement", à une diminution de la production du "Pétrole raffiné".

une hausse des effectifs employés dans le secteur de l’énergie

Au niveau du Bâtiment et travaux publics (BTP), les pronostics avancés font état d'une baisse de l’activité selon une forte proportion -47% des opérateurs- dans ce secteur. Le reste des opinions étant quasiment partagée entre un pronostic de stabilité (27%) et un autre en hausse (26%).

Le secteur de la construction est de fait celui qui a été le plus affecté par le ralentissement de la croissance comme en témoignent les médiocres résultats du secteur cimentier (à cumul à fin mai ce secteur a vu ses ventes reculer de près de 15% vient d'indiquer encore son association professionnelle l'APC)

En matière d''emploi, dans le secteur de l’énergie 66% des chefs d’entreprises prévoient pour le 2ème trimestre 2013 une hausse des effectifs employés ; dans le secteur des mines la majorité des patrons anticipent une stabilité et cette proportion est de 75% dans les industries de transformation, indique le HCP

Le BTP continue à souffrir puisque 46% des chefs d’entreprises de ce secteur s'attendent à une baisse des effectifs et seulement 5% à une hausse.

une régression des activités de "Construction du gros œuvre de bâtiments"

Concernant cette fois l'activité réalisée au cours du premier trimestre, les industriels du secteur manufacturier dans leur majorité affirment que leur production a connu une baisse.

Le solde d'opinion est par contre positif au niveau des "Produits de la chimie et de la parachimie" et des "Produits issus de la transformation des minéraux de carrière".

En ce qui concerne les secteurs de l’énergie et des mines, les acteurs ont estimé en majorité que la production a connu une baisse due à une régression conjuguée de la production dans les sous-secteurs "Pétrole raffiné" et "Électricité".

Toujours sur le premier trimestre, concernant le BTP, les activités de "Construction du gros œuvre de bâtiments", de "Travaux d’installation électrique" et de "Travaux spécialisés de génie civil" sont l'objet d'un solde d'opinion négatif.

Confirmant les résultats précédents, il ressort de cette enquête que la capacité productive des entreprises, au cours du 1er trimestre 2013, a été sous-utilisée d’environ 32% dans le BTP, de  24% dans les industries de transformation, de 23% dans l’énergie et de 14% dans le secteur des mines.

Bref, l'appareil productif marocain est loin de tourner encore à bonne vitesse.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle