Economie

Congrès de la CGT: où sont les jeunes ?

,

Publié le

La CGT se réunit cette semaine à Nantes en congrès. L’obsession de son secrétaire général, Bernard Thibault, est de renouveler la force militante en séduisant de nouvelles catégories de salariés. En particulier les jeunes, actuellement aux abonnés absents du syndicalisme.

Congrès de la CGT: où sont les jeunes ? © Flickr

Plus de 1000 délégués ont rejoint ce 7 décembre le 49 ème congrès de la CGT à Nantes. L’occasion de discuter de la ligne politique, des revendications et de l’avenir du premier syndicat de France. La ligne politique défendue par Bernard Thibault, qui intègre désormais la notion de compromis sans exclure le rapport de force, est à peu près tranchée dans l’organisation. Les tenants d’un syndicalisme « d’opposition et de classe» tiendront bien un meeting parallèle mercredi mais ce courant est minoritaire et la contre-candidature de Jean-Pierre Delannoy (métallurgie-Nord), symbolique. Sur le plan revendicatif, la CGT continue d’appeler à une sécurité sociale professionnelle, à de nouveaux droits pour les salariés. Elle défend l’idée une « maison commune » des retraites et d’une croissance fondé sur le développement durable.

Le véritable enjeu du congrès est la définition d’une stratégie pour trouver des salariés capable de porter ces revendications. La CGT, comme d’autres syndicats, a du mal à renouveler ses troupes. Le papy boom fait son œuvre au sein des sections syndicales et la relève n’est pas assurée avec seulement 7 % de moins de 30 ans parmi les militants. Jusqu’à aujourd’hui, le recrutement des jeunes avait été en quelques sorte « filialisé » à un collectif « jeunes CGT ». L’idée de se servir des jeunes pour parler aux jeunes étaient frappé au coin du bon sens mais ce collectif est resté sans grand moyen (le site internet, abrité par la confédération, est encore en construction). Sabine génisson, actuelle responsable du « collectif jeunes CGT », très active sur la caravane des saisonniers, témoigne qu’elle est très sollicitée mais n’a pas toujours les moyens de traiter toute les demandes : « il faut que les jeunes militants soient intégrés dans les fédérations et les unions locales. »

Le 49 ème congrès va donc entériner une nouvelle stratégie. « Désormais c’est l’ensemble de l’organisation qui est dépositaire de l’enjeu de recruter et d’accueillir des jeunes » affirme Agnès Naton membre du bureau confédéral. Il y avait trois lignes sur la question des jeunes dans le document d’orientation du précédent congrès, le sujet fait l’objet d’une résolution nourrie (sur 7) du congrès de cette année.

Pour pénétrer un milieu qui se reconnaît dans les valeurs de solidarité de la CGT mais voit souvent le syndicalisme comme une pratique à la papa, l’organisation compte renforcer ses liens avec des associations de jeunes ou d’étudiants tel que la JOC (jeunesse ouvrière chrétienne) , l’UNEF (syndicat étudiant) ou l’ UNL ( union national des lycéens). Ces dernières associations interviendront d’ailleurs cette semaine à Nantes devant les délégués. Selon Agnès Naton, « il faut à l’avenir multiplier les occasions de contact entre des syndiqués et les jeunes et retrouver la pratique de leur accueil dans l’entreprise.» Le 3 décembre dernier, les Cheminots réunissaient ainsi 50 jeunes diplômés de la SNCF non syndiqués au siège confédéral de Montreuil pour leur expliquer cet étrange objet qu’est le syndicalisme. Gageons qu’il faudra beaucoup d’initiatives de se genre pour que la CGT deviennent aussi attractive que les ONG auprès de la génération Y.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte