Conforama laisse peu de marges à la Fnac pour s'emparer de Darty

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Pascale Denis
Partager
Conforama laisse peu de marges à la Fnac pour s'emparer de Darty

PARIS (Reuters) - Conforama a l'intention de contrer l'offre de la Fnac sur Darty, laissant peu de marges au distributeur de produits culturels et électroniques pour pouvoir l'emporter.

Le spécialiste français du meuble propose en effet de racheter Darty avec une offre - encore conditionnelle - entièrement en numéraire, alors que celle de la Fnac comporte une importante composante en actions.

Ancienne filiale de Kering, Conforama peut compter sur la puissance financière de sa maison-mère, le groupe sud-africain Steinhoff International, qui peut se permettre une opération en cash et reprendre les quelque 200 millions de dettes de Darty.

A l'inverse, la Fnac, également issue du giron de Kering et mise en Bourse en juin 2013, est parvenue à se redresser dans des marchés difficiles et s'est désendettée. Mais ses moyens financiers sont sans comparaison.

"La puissance de feu de Steinhoff n'est pas du tout la même que celle de la Fnac et le cash est un argument de poids pour les actionnaires de Darty", commente un analyste qui a souhaité garder l'anonymat.

Par ailleurs, souligne-t-il, la Fnac poursuit une stratégie de strict contrôle de ses coûts, de son cash et "je vois pas comment ils peuvent contrer ce deal".

Steinhoff pèse quelques 16 milliards d'euros en Bourse, pendant que la capitalisation boursière de la Fnac ressort à 1,01 milliard d'euros.

"Un rapprochement entre Conforama et Darty serait plus logique pour Darty et ses actionnaires que celui avec la Fnac (...) Nous ne pensons pas que la Fnac aura les moyens de relever significativement son offre, tout au moins la partie en cash", ajoute un opérateur de marché parisien.

Conforama se propose de racheter Darty au prix de 125 pence par action, soit 661,9 millions de livres sterling (851,4 millions d'euros) sur la base des données Thomson Reuters, une valorisation proche de celle de l'offre de la Fnac, pour 859 millions d'euros.

Interrogée, la Fnac s'est refusée à tout commentaire.

Le distributeur d'électroménager et d'électronique grand public coté à Londres a indiqué qu'il étudiait cette proposition.

Dans l'accord conclu en novembre, la Fnac, à qui Darty avait également demandé d'introduire une partie en cash, proposait aux actionnaires du distributeur d'électroménager une alternative en numéraire, à hauteur d'un montant maximal de 95 millions d'euros.

En Bourse, l'action Darty a grimpé de 11,5% à 128,37 pence à Londres tandis que le titre Fnac a perdu 2,28% à 59,25 euros à Paris. De son côté, Steinhoff a pris 3,16% à Francfort.

Conforama a ajouté qu'il se réservait le droit de faire une offre à un prix inférieur à 125 pence par action avec l'accord ou la recommandation du conseil de Darty ou si une tierce partie autre que le groupe Fnac annonçait son intention ferme de faire une offre sur Darty à un prix représentant moins de 125 pence par titre.

(Avec Marc Angrand, édité par Matthieu Protard)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS