Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Condamné pour un double accident mortel à Carling, Total fait appel

, , , ,

Publié le

Le lundi 13 juin, le tribunal de Sarreguemines (Moselle) a reconnu la culpabilité de Total Petrochemichals et du directeur de l’usine chimique Total de Carling (Moselle) dans le décès de deux ouvriers lors de l’explosion du vapocraqueur 1 le 15 juillet 2009. Sitôt connue la décision, Total a annoncé son intention de faire appel des condamnations à 200 000 euros d’amende pour la société et à un an de prison avec sursis assortis d’une amende de 20 000 euros pour le directeur du site, Claude Lebeau.

Condamné pour un double accident mortel à Carling, Total fait appel © D.R.

Les familles de Maximilien Lemerre (21 ans) et de Jérôme Griffoul (28 ans), qui ont attendu durant sept ans le verdict du tribunal de Sarreguemines (Moselle) suite au décès de leurs proches dans l’explosion survenue le 15 juillet 2009 dans le vapocraqueur 1 de la plate-forme chimique de Total Petrochemicals (TPF) de Carling (Moselle), devront encore patienter : sitôt connue la condamnation à 200 000 euros d’amende pour TPF et à un an de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende pour Claude Lebeau, directeur de l’usine, le groupe pétrolier a annoncé son intention de faire appel. Le dossier devrait donc revenir devant la justice au cours des 12 prochains mois.

Au cours du procès pour "homicide involontaire dans le cadre du travail et blessures involontaires" qui s’est déroulé du 29 février au 4 mars 2016, l’accusation avait pointé un équipement de sécurité défaillant, des consignes imprécises, le choix d’opérateurs insuffisamment formés et une fausse manœuvre - la désactivation d’un détecteur de flammes. Le procureur avait requis une amende de 200 000 euros à l’encontre de Total Petrochemicals (TPF) et deux ans de prison avec sursis ainsi que 40 000 euros d’amende pour Claude Lebeau, alors directeur du site.

Le groupe pétrolier a pour sa part soutenu que les deux ouvriers n’avaient pas respecté les consignes de sécurité en allumant inopinément l’allume-gaz dans le four du surchauffeur après ouverture des vannes. Les syndicats ont pour leur part dénoncé la vétusté de l’installation, qui a été mise à l’arrêt en 2013.

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle