Concorde, histoire d’un crash

Le Concorde, c’est l’histoire d’un crash qui a duré plus de cinquante ans.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Concorde, histoire d’un crash

Si l’accident du 25 juillet 2000 à Gonesse (dont Continental Airways a été rendu responsable le 6 décembre) a signé sa fin de carrière, l’engin le plus rapide de l’histoire de l’aviation commerciale n’a jamais réussi à trouver son marché. Symbole de l’excellence technologique à la française, cet avion né en 1969 n’a séduit que deux compagnies : Air France et British Airways.

Et encore, celles-ci ont été contraintes par leur gouvernement d’acquérir le bel aéronef. Personne ne sait d’ailleurs si elles ont vraiment payé les appareils qui leur ont été confiés… Pour les autres, le choc pétrolier de 1973 et la guerre économique menée par Boeing ont découragé les plus motivés d’acquérir cet avion bruyant et peu économique. Seuls 20 appareils ont été produits sur les sites de Filton et de Toulouse.

Malgré cela, « le Pointu », comme le surnomment certains pilotes, a généré de véritables percées technologiques. Premier appareil commercial doté d’un système de commandes électriques. Pionnier dans l’utilisation à grande échelle des logiciels embarqués pour gérer le flux d’air entrant dans ses réacteurs lorsqu’il volait à mach 2, il permit aussi à Snecma (le groupe Safran aujourd’hui) d’acquérir des compétences en matière de moteurs d’avions civils. Compétences qui lui ont servi pour concevoir le CFM 56, avec General Electric. Last but not least, le Concorde fut aussi le premier programme industriel transnational… Et à ce titre, on peut dire qu’il est le père d’Airbus et de ses aéronefs…

0 Commentaire

Concorde, histoire d’un crash

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS