Compteurs intelligents : «l’installation et la maintenance sont toujours sous-estimées»

Le déploiement des compteurs intelligents peut présenter des difficultés techniques. Emmanuel Walckenaer de Sierra-Wireless recense les causes possibles de dysfonctionnements.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Compteurs intelligents : «l’installation et la maintenance sont toujours sous-estimées»
Emmanuel Walckenaer, vice-président et directeur général de la division plateforme de services chez Sierra Wireless. © Nicolas LAMBERT

L'Usine Nouvelle : Qui est Sierra Vireless et quelle est votre expertise sur le marché des smart grids ?

Emmanuel Walckenaer : Notre métier est de rendre communicantes les machines. Sierra Wireless est une société du monde sans fil, de 500 millions d’euros de chiffre d’affaire avec 900 salariés. Nous concevons et fabriquons des produits tels que des clés 3G embarquées, des modules GSM et GPS intégrés directement dans les compteurs ou les voitures, des modems USB, des boîtiers clés en mains, des routeurs intelligents... En outre, nous offrons des logiciels et des services de soutien. Installée au Canada à Vancouver, l'entreprise exploite aussi des installations aux États-Unis, en France à Paris et Toulouse et à Hong Kong.

Quelle est la clé d’un module intelligent réussi ?

Il faut faire des systèmes très simples à installer. Nous sommes en discussion avec de grands électriciens pour la voiture électrique, par exemple. Le module pour piloter ces équipements intelligents aura beau être complexe, il faut que son installation soit d’une simplicité absolue, afin que l'installateur ne soit pas bloqué par son manque de connaissances du système. En Norvège, l’expérience du compteur intelligent Telenor Cinclus a par exemple achoppé sur le déploiement. Ce problème a toujours été sous-estimé.

En France, le déploiement du compteur expérimental Linky a été décrié par le ministre de l’Energie Jean-Louis Borloo. Qu’en pensez-vous ?


Cela montre que si l’on sous-estime en amont ces problématiques, on met deux fois plus de temps lors du déploiement. Du fait de processus d’installation mal ficelés, le risque est de n’avoir que 80 à 85% des compteurs qui fonctionnent correctement faute de couverture réseau convenable, de connectivité physique adéquate, de batterie ou de câblage. Les 15% restants vont fonctionner cahin-caha. Sur un million de compteurs voire 35 millions, c’est considérable !

Comment cela peut-il être évité ?

Il faut s’assurer que 99,9% des compteurs fonctionneront correctement à tout instant. Pour cela, il est important de verrouiller le processus d’installation, et de le calibrer pour un personnel qui n’est pas qualifié. Une hotline avec un interlocuteur spécialisé disponible pour répondre aux questions de l’installateur est précieuse. En cas de souci, un protocole d’assistance à l’installation bien conçu permet d’éviter d’envoyer sur place quelqu’un et de facturer à chaque fois 50 ou 100 euros ! Permettre à la machine de télécharger automatiquement à distance des logiciels si besoin, avoir prévu des systèmes de surveillance et de télémainteance de ces compteurs est également crucial.

En définitive, un module intégrant une check-list de quinze points à vérifier et anticipant la solution à apporter suffit. Mais il faut l’avoir conçu en amont. Sinon, les coûts explosent.

Comment régler automatiquement les problèmes de couverture par exemple ?


En prenant cet exemple, il est possible d’intégrer un programme testant la qualité du signal reçu. Un bouton vert s’allumera si le signal

Dans une directive adoptée en juillet 2009, le Parlement européen prévoit qu’au moins 80 % des clients de gaz et d’électricité seront équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici à 2020.
est bon, un bouton rouge s’allumera si le signal n’est pas suffisant. Ensuite, il est possible d’installer une antenne supplémentaire, une carte SIM… pour que la couverture soit parfaite.

Ces retards à l’allumage sont-ils récurrents dans les pays ayant déployé des compteurs intelligents ?

Les enjeux de pilotage des machines ultra distribuées ont toujours été sous-estimés. A force de nous être frottés à ces obstacles auprès de 20 à 30 clients chez Sierra Wireless, nous avons dépensé pas mal d’argent en recherche et développement pour régler ces problèmes, et avons accumulé une expertise dans ce domaine.

Votre société semble avoir un positionnement concurrent du groupe Atos, auquel ERDF a confié la conception du compteur Linky. Auriez-vous la critique facile ?

Nous sommes tout petits, et travaillons avec Atos sur certains projets. Sur d’autres segments, nous pouvons être une alternative. Néanmoins, Atos n’est pas responsable de tout : ses équipes d’ingénieurs sont très sérieuses et compétentes. Sur ce projet, elles n’ont fait qu’apporter leur expertise technique. Or dans un projet de déploiement de compteurs intelligents, il est également important de se demander comment associer l’utilisateur à ces solutions. Le marketing fait partie de l'enjeu.

En ce sens, il faut que le compteur soit transparent pour le consommateur. L’entreprise Solaire Direct, que nous fournissons et qui s’expose actuellement au Salon des énergies renouvelables Porte de Versailles, l’a par exemple très bien fait. Via le module connecté à l'onduleur, le propriétaire d’un panneau photovoltaïque installé sur son toit voit directement sur un écran dans sa cuisine combien d’électricité produisent les cellules solaires à chaque instant. En cas de baisse inaccoutumée, il peut aller voir si des aiguilles de pin ne se sont pas glissées sur la surface du panneau, par exemple.

Ailleurs, en Hollande en particulier, des débats très sérieux ont été menés sur la façon dont le consommateur pouvait être associé aux solutions intelligentes. A nous de faire de même en France.

Lire aussi :
Chers nouveaux compteurs électriques
Pourquoi les compteurs intelligents peuvent rester bêtes
57% des Français croient que l’on peut stocker l’électricité
Compteurs intelligents ERDF/ GRDF : le match

%%HORSTEXTE:%%
0 Commentaire

Compteurs intelligents : «l’installation et la maintenance sont toujours sous-estimées»

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Energie et Matières premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS