Composites : vers des antennes nouvelle génération

Le groupe industriel spécialisé dans l’industrie navale de défense, Naval Group, mène, avec plusieurs partenaires français, le projet de recherche collaborative Starcom. Objectif : développer des technologies de rupture pour l’intégration compacte de fonctions antennaires dans des structures composites de navires, véhicules roulants routiers ou terrestres, agroéquipements…

Partager
Composites : vers des antennes nouvelle génération

La demande en termes de communication dans les domaines de la défense, des transports, de l’énergie, des services, et ceci au plus près du monde des objets connectés, est en croissance constante. Celle-ci nécessite le déploiement de dispositifs antennaires et un choix judicieux pour leur implantation dans des espaces limités, mais pose des problèmes d’encombrement, de gêne physique et de perturbation électromagnétique entre les différentes antennes. C’est là l’enjeu du projet de recherche collaborative Membres du consortim et financeurs

Pour répondre aux différents besoins, trois des cinq partenaires de ce consortium avaient participé en amont au projet Samcom (Systèmes antennaires en matériaux composites) achevé en 2015, permettant alors le développement d’une gamme d’antennes de communication en matériaux composites, notamment large bande, ainsi que des technologies d’implantation et de cohabitation d’antennes en parois composites. Starcom suit la même dynamique, avec pour objectif la miniaturisation des antennes et dispositifs d’intégration, un élément clé, spécialement pour certaines applications militaires. Autre élément central : l’élargissement des bandes de fréquence concernées, via des technologies de rupture dans les concepts de matériaux et procédés de fabrication. Les travaux seront principalement menés pour des communications en bande VUHF et les communications de cinquième génération (5G), ainsi qu’en bande Ka (communications satellitaires à haut débit).

Les applications visées concernent en priorité le naval militaire, l’aéronautique civile (drone…) et, de façon générale, les objets connectés, qu’il s’agisse de véhicules, d’infrastructures ou bien d’équipements. Avec pour idées conductrices la réduction du nombre d’antennes, l’allégement par les matériaux composites et l’intégration des dispositifs antennaires directement dans les structures porteuses, Starcom compte bien lever les principaux verrous scientifiques et technologiques et faire valoir ses perspectives innovantes. Les avancées technologiques du projet permettront a fortiori d’accroître les performances techniques des produits, les rendre également plus compétitives et en faire des éléments de différenciation susceptibles d’ouvrir de nouveaux marchés.

Contribution d’Alexandra Lenoir et Baptiste Le Bourhis dIPC.


3 questions à... Patrick Parneix, responsable secteur d’activité Matériaux composites et organiques chez Naval Group, chef de projet Starcom

« Améliorer les performances et la compacité des antennes »

Quelle est l’origine du projet Starcom ?
On trouve de plus en plus d’antennes sur les plateformes navales qu’il faut réussir à intégrer dans un espace réduit avec des problématiques de masquages physiques et de compatibilité électromagnétique. C’est pour cela que nous avons participé au projet Samcom (Systèmes antennaires en matériaux composites) qui s’est achevé en 2015. Celui-ci a permis des avancées significatives (brevets et thèses), débouché sur des solutions industrialisables à court terme et obtenu quatre prix internationaux. Mais la taille des antennes et des systèmes de découplage s’avérait encore trop importante, en particulier dans le domaine naval.

Qu’attendez-vous de ce nouveau projet ?
L’objectif est d’améliorer les performances et la compacité de ces dispositifs, de pouvoir faire cohabiter davantage de capteurs sur nos plateformes grâce aux matériaux composites qui permettent d’intégrer des systèmes fonctionnels dans les parois. Il est possible de « mettre de l’intelligence » dans la paroi quand on la fabrique. L’ambition est également d’élargir le spectre de fréquences dans le domaine naval, mais aussi dans les secteurs d’autres partenaires du projet, comme l’alimentaire ou les transports.

Naval Group est-il impliqué dans d’autres projets collaboratifs de ce type ?
Oui, l’entreprise investit beaucoup dans la recherche. Et les composites connaissent des champs d’utilisation multiples. Les projets collaboratifs constituent, en outre, une façon efficace de faire de la recherche tout en mutualisant les coûts. C’est une méthode à privilégier.

Propos recueillis par Fabian Tubiana

NEWSLETTER Plasturgie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES WEBINARS

  • Inscription 100% Gratuite
  • Alertes email avant le webinar
  • Zone de chat pour vos questions
  • Mise à disposition du replay
+ 50 Replays disponibles
3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

17 juin 21 10h30 - 45 min

3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

Proposé par Plastiques & Caoutchoucs

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Plasturgie

Système de séchage

KOCH-TECHNIK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS