COMPOSANTS ELECTRONIQUEAlcatel regroupe ses forces dans l'optoélectronique...Le numéro 1 mondial des télécommunications fédère ses composants optiques. Il préserve ainsi son indépendance technologique et fait son entrée sur le marché libre.

Partager

COMPOSANTS ELECTRONIQUE

Alcatel regroupe ses forces dans l'optoélectronique...

Le numéro 1 mondial des télécommunications fédère ses composants optiques. Il préserve ainsi son indépendance technologique et fait son entrée sur le marché libre.

Les composants optoélectroniques d'Alcatel ont désormais pignon sur rue. Le groupe regroupe ses activités et crée une filiale spécialisée, Alcatel Optronics. Employant 290personnes, la nouvelle société s'est fixé les 250millions de francs de chiffre d'affaires et une croissance de 20% de ses ventes en 1994. La rationalisation était devenue indispensable. Nombreuses dans le groupe, les compétences étaient encore trop dispersées. Alcatel-CIT est un acteur important dans les composants pour liaisons sous-marines. Plusieurs laboratoires du Centre de recherche de Marcoussis sont réputés pour leurs développements dans l'optoélectronique. La filiale allemande SEL y possède une activité de longue date. Implantée à Nozay, dans l'Essonne, Alcatel Optronics devient responsable des développements du groupe, de la fabrication et de la commercialisation des composants optoélectroniques. Son usine ultramoderne produira les composants actifs (lasers et photodétecteurs), jusqu'ici répartis entre Marcoussis et le site allemand de SEL. Celui-ci se concentrera sur les composants passifs (multiplexeurs), tandis que l'atelier de Lannion poursuivra l'assemblage et le test des produits à vocation sous-marine. En rassemblant ses compétences au sein d'une même entité, Alcatel affirme le caractère stratégique des technologies optoélectroniques. Pierre Suard, son président, a toujours été attentif à l'indépendance technologique du groupe..., surtout dans ses métiers de base. Alors que l'optique devient le coeur des télécommunications, il n'est guère acceptable, pour le numéro 1 mondial de ce secteur, d'être tributaire de fournisseurs américains ou japonais. Alcatel Optronics pourvoira donc aux besoins des autres filiales dans les domaines de la transmission (Alcatel-CIT, SEL, Sesa, Telettra, Alcatel Network Systems) et, demain, de la commutation (Alcatel Bell et Alcatel-CIT). "Notre objectif est de couvrir la quasi-totalité des besoins du groupe, contre la moitié actuellement", précise Philippe Brégi, directeur commercial et marketing d'Alcatel Optronics.

20 à 30% des ventes hors du groupe d'ici à cinq ans

Au-delà de ces marchés captifs, constitués par les filiales du groupe, la société a décidé de faire son entrée sur le marché mondial des composants optoélectroniques pour les télécommunications. Elle se pose ainsi en challenger d'ATT (qui détient 15% du marché mondial), des japonais NEC, Hitachi, Fujitsu, Mitsubishi (entre 10 et 12%) et se retrouve au coude à coude avec Hewlett Packard (8 à 10%), distançant Ericsson ou Northern Telecom (5% chacun). Pour les responsables d'Alcatel Optronics, l'objectif est clair: réaliser de 20 à 30% des ventes hors du groupe d'ici à cinq ans. Son chiffre d'affaires aura alors doublé. Car, dans ce domaine des composants optoélectroniques comme dans celui des semi-conducteurs classiques, les grands volumes de production sont un facteur de réussite.





Une capacité de production multipliée par cinq à Nozay

C'est en avril que sortiront les premiers composants optoélectroniques des lignes de production de l'usine ultramoderne d'Alcatel Optronics de Nozay. Si la capacité en est encore tenue secrète, les 6000mètres carrés de cette unité - où travaillent 140personnes - doivent cependant permettre à la société de quintupler sa production actuelle. Pour ce site aux salles blanches de classe 100, les ingénieurs ont choisi un process sur des tranches de matériaux organométalliques (InPAsGa) de 50millimètres de diamètre, au lieu des plaquettes de 12,5millimètres précédemment utilisées. Ce qui permet la fabrication de 12000 lasers sur chacune des tranches. Produits, assemblés, puis testés, ces lasers semi-conducteurs, photodétecteurs et modules d'amplification optiques sont destinés aux systèmes de transmission par fibres optiques, tant terrestres que sous-marins. C'est aussi à Nozay que seront produits les composants qui constitueront le coeur des autocommutateurs optiques, sur lesquels travaille le groupe.

USINE NOUVELLE - N°2450 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS