Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Compétitivité : Sur le coût du travail, Matignon avance à reculons

Solène Davesne , ,

Publié le

Avant la remise du rapport Gallois, Matignon traîne les pieds face au « choc de compétitivité » réclamé par les entreprises. À l'Institut de recherche technologique Jules Verne, à Nantes, le 15 octobre, Jean-Marc Ayrault a martelé que la compétitivité ne dépendait pas que du coût du travail mais d'autres facteurs, comme l'innovation. Matignon préfère parler de « trajectoire de compétitivité », jugeant qu'un transfert massif de charges ne servirait à rien sans mesures structurelles. « Si on baisse les charges et que les entreprises le répercutent en hausse de salaires ou en dividendes, on n'aura rien gagné », reconnaît-on, rue de Varenne. Défendue par Arnaud Montebourg, l'idée de les conditionner aux investissements laisse également Matignon sceptique. Trop pro-cyclique. Les entreprises bien portantes en profiteraient, mais les autres en seraient exclues. Dernier argument massue : « Regardez ce qu'ont fait les Allemands. Ils ont d'abord fait les réformes structurelles puis les ont accompagnées par des baisses de charge », glisse-t-on dans l'entourage du Premier ministre.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle