Compétitivité : les patrons veulent sauver le rapport Gallois

A une semaine de la remise du rapport Gallois, les patrons -grands et petits- se mobilisent pour que les conclusions du rapport Gallois soient entendues.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Compétitivité : les patrons veulent sauver le rapport Gallois

Hier, les grands patrons ont décidé de parler haut et fort dans le Journal du dimanche au nom de la compétitivité. Ils ont réitéré leur souhait de voir s’opérer un transfert massif de charges du travail vers la consommation (d’au moins 30 milliards d’euros). Ils ont redit combien il était dommageable de ne pas regarder toutes les ressources que nous avions à portée de main pour redresser notre économie (notamment les gaz de schiste). Ils ont rappelé aussi l’urgence dans laquelle se trouvait nombre d’entre eux. Et ils sont ainsi venus porter secours au rapport Gallois qui sera remis le 5 novembre prochain et que certains rêvent d’enterrer avant sa parution.
La cacophonie autour de la mission menée par l’ancien président d’EADS est totale. Depuis plusieurs semaines maintenant, son rapport et ses conclusions supposées sont attaqués de toute part. On lui prête, pêle-mêle, de vouloir transférer 30 milliards d’euros de charges pesant aujourd’hui sur le travail vers la CSG et la TVA, de plaider pour l’exploitation des gaz de schiste, de proposer une stratégie de réduction drastique des dépenses publiques… Certains ont même affirmé qu’il voulait revenir sur les 35 heures (!), information qu’il a démentie promptement.
Ces fuites, organisées par on-ne-sait-qui, tentent de torpiller le travail du nouveau commissaire général à l’investissement. Pourquoi ? Parce que le rapport Gallois dérange, il fait peur et c’est pour cela que l’on tente d’en faire un épiphénomène avant même sa sortie. Du côté des industriels, personne n’a envie d’assister à cela. L’attente est grande. Ils ont confiance en Louis Gallois qu’ils voient comme un patron mesuré et juste. Ils pensent sincèrement que ce qu’il proposera sera bon pour leurs entreprises et pour la France. Ils sont presque prêts finalement à accepter sans sourciller le traitement qu’il leur proposera dans son ensemble. Et c’est pour cela qu’il faut sauver le rapport Gallois. Parce que la personnalité de son auteur fait plutôt consensus et que ses conclusions du coup pourraient bien être adoptées par tous. Le président de la République, adepte du consensus, devrait être attentif sur ce point à l’heure où il devra arrêter un nouveau pacte économique pour la France.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS