Compétitivité : l’euro (fort) m’a tué ?

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, veut se lancer dans une croisade contre l’euro fort. La survalorisation de notre monnaie, notamment par rapport au dollar, serait l’une des causes de notre faible compétitivité, selon lui. Une affirmation juste qui ne doit cependant pas nous empêcher de travailler les autres fondamentaux de la compétitivité.

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Compétitivité : l’euro (fort) m’a tué ?

À quoi bon ? À quoi bon faire tous ces efforts de compétitivité si c’est pour les voir réduits à néant par l’euro ? En France depuis longtemps, mais aussi en Allemagne tout récemment, des voix s’élèvent pour dénoncer le niveau de change de la monnaie européenne. "Nos efforts historiques de baisse du coût du travail sont dévorés par les 10 % d’appréciation de l’euro", affirmait ainsi le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg dans un entretien récent aux Échos.

La tirade du ministre reprend un vieux refrain des industriels français, notamment de l’aéronautique. De longue date, ils se plaignent de cette monnaie trop forte pour exporter des produits à des prix compétitifs. Tout le monde a entendu parler du théorème de Louis Gallois. L’actuel commissaire général aux investissements et ancien président d’Airbus group (ex-EADS) aimait à rappeler que "quand l’euro s’apprécie de 10 centimes par rapport au dollar, le résultat d’exploitation d’Airbus group, baisse de 1 milliard d’euros". De son côté, le conseil d’analyse économique estime qu’une dépréciation de 10 % de la monnaie unique augmenterait de 0,6 % le PIB de la France au bout d’un an. La direction du Trésor, plus optimiste, estime que cela pourrait générer 1,2 % de PIB et libérer 150 000 emplois.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

60% de nos echanges se font en euro

La compétitivité ne serait donc qu’une simple histoire de parité monétaire ? Il suffirait en somme de dévaluer (un peu) l’euro pour relancer (fortement) notre appareil productif… et voir notre déficit commercial se résorber ? C’est évidemment un raisonnement un peu court, pour au moins trois raisons :

1. La zone euro est notre premier débouché. Il ne faut pas oublier que notre première zone d’export est l’Europe. De ce fait, une grande partie de nos échanges (60 %) se fait avec des pays de la zone euro, par définition insensibles aux effets de change.

2. Nos premiers concurrents vivent en zone euro. Que cela nous plaise ou non, de nombreux pays se jouent très bien de cet euro fort. L’Allemagne qui brille à l’export, ou l’Espagne qui se redresse brillamment, subissent la même contrainte que nous. Euro fort ou pas, nous serons vis-à-vis d’eux toujours sur la même ligne de départ.

3. Euro fort mais pouvoir d’achat élevé. C’est peut-être anecdotique mais un euro fort nous permet aussi d’acheter à bon prix, produits et matières premières.

Il serait contre-productif et dangereux de focaliser la question de la compétitivité sur la seule question des taux de change. La performance relative de la France reste médiocre par rapport à ses voisins et elle le sera tout autant que l’euro s’apprécie ou non. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas travailler le volet monétaire de la compétitivité. Au contraire !

Thibaut De Jaegher

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS