Economie

Compétitivité : des raisons de désespérer

, , , ,

Publié le

Compétitivité : des raisons de désespérer © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Vous le savez, à « L’Usine Nouvelle », nous sommes résolument optimistes. Notre ADN est fait d’innovation et de success story. Notre fonds de commerce, ce sont les industriels qui s’en sortent et qui exportent, les usines qui investissent, qui s’agrandissent ou qui s’éveillent… Souvent, face aux déclinistes, nous montons au créneau pour montrer la France qui gagne en présentant dans nos rubriques « Inventé près de chez vous » des champions cachés du made in France, « La pépite », des jeunes pousses prometteuses, ou « Green Tech », des produits innovants.
Mais cette semaine, nous avons décidé de répercuter le cri d’alarme des entrepreneurs, de ces entreprises pleines d’avenir qui craignent justement pour leur avenir. Ce cri, c’est Laurence Parisot qui le pousse en leur nom. Dans l’entretien exclusif que nous a accordé la présidente du Medef, le constat qu’elle dresse est sombre, et ses mots sont extrêmement durs. Mais ils sonnent juste. Pour vous en convaincre, lisez simplement l’enquête que « L’Usine Nouvelle » a menée, comme chaque année, auprès de 13 secteurs clés de la sous-traitance industrielle, à l’occasion du Midest. Elle confirme le funeste présage : les nuages s’accumulent à l’horizon et ils sont noirs. Tous les secteurs ont subi un ralentissement brutal depuis le mois de septembre et s’attendent à vivre une année 2013 catastrophique. Et cela malgré leurs efforts pour sortir de la dépendance à l’automobile, malgré la bonne santé de l’aéronautique ou de l’énergie, malgré leur capacité à améliorer en continu leur productivité, malgré leur volonté de se projeter sur de nouveaux marchés hors de France.
D’une certaine manière, nous sommes en train de revivre les années noires de 2008 et 2009. Sauf que, cette fois-ci, les causes de nos difficultés ne viennent pas des États-Unis. Ce qui nous bloque, ce sont les handicaps chroniques de notre économie, qui lestent la capacité de mouvement de nos entreprises. Le diagnostic a été fait de longue date :rigidité du marché du travail, fiscalité trop contraignante, poids de l’État, lourdeur des charges sociales. Il convient maintenant de les traiter sans attendre. En acceptant bien sûr d’appliquer le traitement que proposera le spécialiste que nous avons appelé à la rescousse : Louis Gallois. Il est urgent d’agir. Sinon ? Si rien n’a bougé de manière  massive avant le début de l’année 2013, si aucun big bang de compétitivité, comme le souhaite la présidente du Medef, n’est mis en oeuvre, on peut s’attendre au pire. La récession ne s’est pas encore installée dans notre pays mais elle frappe à la porte.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

01/11/2012 - 19h08 -

Exactement. Mme Parisot a opposé le CPE. Elle oppose l'Autoentrepreneuriat. Je ne vois aucune action ou philosophie de sa part en faveur de l'industrie et l'économie de la France en général.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/10/2012 - 09h56 -

Pourquoi vous focaliser sur le Medef, qui ne représente que lui même, ou les patrons du CAC40, dont on connait l'agenda politique (moins-disance sociale pour s'en mettre plus dans les poches), et passer sous silence l'appel du Symop ou l'avis d'économistes qui appellent à un choc de compétitivité "soutenable", donc étalé dans le temps (donc une trajectoire ?). Pour qui roulez vous, en fait ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte