Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

[Comparons les programmes] Que veulent faire les candidats du CICE ?

Solène Davesne , , , ,

Publié le

A J-13 du premier tour de l'élection présidentielle, la rédaction de L'Usine Nouvelle vous propose de comparer point par point les programmes des principaux candidats. Qu'est-ce que François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon veulent faire du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi ?

Les entreprises citées

François Fillon

Le candidat veut transformer le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en une baisse des cotisations sociales et poursuivre le mouvement de baisse des charges pesant sur le travail. Au total, il prévoit de consacrer 25 milliards d’euros à l'allègement des cotisations et des taxes de production. En revanche, François Fillon juge "suicidaire" de concentrer des baisses de charges sur les bas salaires pour la compétitivité française et veut les répartir sur tous les niveaux de salaires.

 

Benoît Hamon

Il maintient le CICE mais impose des contreparties en termes d’emploi, de recherche ou de réduction du temps de travail dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés

 

Marine Le Pen

La candidate du Front national veut elle aussi transformer le CICE en baisse de cotisations sociales pour les entreprises. Mais elle prévoit de réserver leur versement aux entreprises qui respecteront certains critères de création ou de maintien des emplois, sous peine de remboursement.

 

Emmanuel Macron

Dès 2018, le candidat s’engage à transformer le CICE en une baisse de 6 points de charges « pérenne », en conservant le ciblage actuel jusqu’à 2,5 fois le SMIC. Pour les entreprises, la mesure n’est pas exactement équivalente, puisqu’une baisse des charges ferait augmenter le revenu imposable des entreprises.

 

Jean-Luc Mélenchon

Le candidat veut supprimer purement et simplement le CICE et les autres mesures du pacte de compétitivité. En contrepartie, les 41 milliards d’euros seraient réinvestis au profit de la transition écologique.

 

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

10/04/2017 - 14h30 -

Si vous faisiez votre travail d’information jusque bout, en proposant les alternatives politiques qui, en ce qui les concerne, ont pris des risques, eux, rien qu’en se présentant, ça aurait le mérite de mettre la pression sur ces fameux « candidats principaux ». En les mettant, à minima, autant en avant que les « principaux », ça permettrait également aux lecteurs, auditeurs, de pouvoir avoir accès à votre prisme d’analyse les concernant, au lieu d’avoir ces discussions méprisantes de journalistes engoncés dans leur monde du show-biz parisien (cf. ONPC). J’ai bien peur qu’avec des journalistes se contentant de ce genre de travail, nous n’ayons des politiques au pouvoir se contentant ce pourquoi ils sont là : se faire élire à la prochaine élection ! Les Français, quant à eux, sont condamnés à faire avec...
Répondre au commentaire
Nom profil

10/04/2017 - 14h29 -

En ne parlant que des "candidats principaux", vous les confortez dans leur médiocrité. Et donc pourquoi prendraient-ils des risques à se positionner ? et prendre des engagements (qu'ils ne tiendront que très partiellement d’ailleurs !) ? Puisque les médias, en bon et gentil mouton, leur assureront une couverture médiatique sans trop les challenger. Et qui au final, au bout du process vous leur permettrez d’être élu. De votre démission est née des candidats des partis traditionnels sans saveurs, sans convictions, juste bon à être des « machine à se faire élire » avec comme seul argumentaire des artifices de com’ tenant dans 140 caractères. Vous partagez la responsabilité de débats présidentiels ennuyeux, où ils se regardent en chien de Fayence, et où au final, les vrais enjeux ne sont pas débattus où uniquement à la surface.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/04/2017 - 14h28 -

Pourquoi vous obstinez tout le temps à ne mettre en avant que ce que vous jugez comme étant « les candidats principaux » ?! Vous êtes censés être le rempart contre la propagande politique en informant alors qu’au final vous vous résumez à en être que le relai, et encore, un relai sélectif! Vous êtes les premiers à vous plaindre (et je vous rejoins là-dessus !) lorsque l'industrie est la grande oubliée (parmi d'autre oubliés d'ailleurs) des différentes débats, programmes présidentiels ou autre ! Ne serait-il pas temps pour les médias de mettre en avant justement les autres candidats, les « secondaires » ? Qui seraient probablement ravis de pouvoir s'exprimer sur des sujets aussi importants que l'industrie. A l'heure où le souverainisme s'impose en filagramme et que le champ industriel devient le champ de bataille pour nos emplois, faites exprimez ces « secondaires », faites vivre la concurrence politique !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle