Commerce électroniqueRETOURS GAGNANTS POUR SAP ET PEOPLESOFTSur le marché déprimé des logiciels d'e-business, les deux éditeurs affichent des ventes insolentes grâce à leurs réseaux bien établis de clients.

Publié le

Commerce électronique

RETOURS GAGNANTS POUR SAP ET PEOPLESOFT

Sur le marché déprimé des logiciels d'e-business, les deux éditeurs affichent des ventes insolentes grâce à leurs réseaux bien établis de clients.



Même les plus optimistes ont été surpris. A quelques jours d'intervalle, les éditeurs de progiciels intégrés et de gestion SAP et PeopleSoft ont annoncé des ventes records pour le deuxième trimestre de 2001.

SAP a frappé le premier. Au moment où les analystes les plus optimistes envisageaient une augmentation des ventes de 20% par rapport à 2000, le groupe allemand a réalisé au dernier trimestre un étonnant + 24 % de ventes, à 1,85 milliard d'euros. De l'avis de tous, SAP exploite désormais parfaitement sa base de 13 000 clients dans le monde pour vendre de nouveaux produits comme mySAP.com. " Nos clients font confiance en notre capacité à mettre en oeuvre des solutions complètes, partout, pour n'importe quelle industrie ", confirme Hasso Plattner, coprésident du groupe. Forte de ce capital de confiance, la firme de Walldorf table sur une hausse de 20 % de son chiffre d'affaires en 2001. Qui peut en dire autant ?

La concurrence contrainte d'attendre

PeopleSoft, peut-être. Son deu-xième trimestre est tout simplement le meilleur de son histoire ! Là encore, la présence de progiciels de gestion plus anciens chez ses clients facilite la transition vers l'offre e-business maison, People-Soft 8, à l'architecture Internet relativement peu coûteuse à déployer. Résultat : d'avril à juin, l'éditeur californien a vu ses ventes de licences augmenter de 52 % et celles de services de 20 %, à 562 millions d'euros. Après cette démonstration de force, les prochains mois risquent d'être critiques pour la concurrence. Commerce One s'est déjà rapproché de SAP, monté à hauteur de 20 % de son capital en juin. De son côté, Ariba semble toujours être au point mort. Après avoir enregistré une perte nette de 26,1 millions de dollars au dernier trimestre, l'heure est à la baisse des prix et des dépenses. " De manière à être prêts quand les investissements seront relancés ", explique Bob Calderoni, vice-président d'Ariba. Mais, d'ici là, il faudra tenir et, dans le meilleur des cas, préparer la lutte avec deux concurrents dont les affaires ne se sont jamais arrêtées.



Des ventes records

Ventes du deuxième trimestre de 2001 (par rapport à 2000).

SAP : + 24 % à 1,85 milliard d'euros.

PeopleSoft : + 29 % à 562 millions d'euros.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte