Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Comment Sapa accompagne l'allégement par l'aluminium

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

Leader mondial de l’extrusion aluminium, le groupe innove pour accompagner les clients industriels dans leurs efforts d’allégement. Entretien avec son PDG, Egil Hogna.

Comment Sapa accompagne l'allégement par l'aluminium © Pascal Guittet pour l'Usine Nouvelle

Quels sont les atouts de l’aluminium face aux composites et aux nouveaux aciers ?

Principalement le ratio coût-bénéfices. Chez Sapa, nous cherchons des solutions innovantes, mais pas trop onéreuses, sinon nos clients redescendront sur de l’acier ou « upgraderont » sur de la fibre de carbone. L’autre force fondamentale de l’aluminium est sa recyclabilité, qui fait son intérêt dans une production consciente des enjeux environnementaux, dictés tant par la régulation que par les attentes du consommateur. Mais se substituer à d’autres matériaux prend du temps, parce que nos clients doivent adapter leurs chaînes de production. Dans l’automobile, les usines utilisaient des aimants pour déplacer les pièces en acier. L’aluminium n’étant pas magnétique, il a fallu adopter d’autres moyens de transport. Nous les accompagnons dans cette évolution.

On voit aussi arriver de nouveaux alliages au magnésium, au scandium…

Il est excitant de tester les capacités des nouveaux métaux. Nous travaillons beaucoup les alliages magnésium, avec des silicones et autres. Mais il faut penser en cycle de vie. Or l’un des principaux problèmes du recyclage, ce sont les mélanges de matières. Si les alliages complexes et les composites permettent de réduire les émissions, en bout de chaîne, vous avez des matières dont vous ne pouvez rien faire. Le principal sujet que j’aborderai au World material forum en juin à Nancy, c’est « concevoir pour désassembler et recycler ». En utilisant seulement 5 % de l’énergie qui a servi à le produire, vous refondez l’aluminium sous une nouvelle forme. Si vous êtes intelligent, dès la construction du véhicule, du meuble, de la fenêtre, vous vous assurez de sa recyclabilité.

C’est un changement de stratégie ?

Effectivement, Sapa a longtemps produit des pièces standard que les clients devaient modifier pour les intégrer à leurs produits. Nous changeons pour des produits plus finalisés, comme les fenêtres ou des pièces automobiles prêtes à insérer. Cela veut dire travailler de façon très resserrée avec nos clients de l’automobile pour identifier leurs besoins, en termes de dureté ou d’élasticité.

Quels sont vos marchés émergents ?

Tout dépend du marché local. Certains groupes, comme Alstom, sont des multinationales. Nous sommes un groupe multi-domestique, une kyrielle d’entreprises locales qui partagent la R & D, des expertises techniques, et bien sûr nos services RH et financiers. En Chine, nous sourçons nos métaux localement et nous produisons pour le marché local. Nous exportons moins de 5 % de cette production vers l’Europe. Et ce que nous produisons en France, nous le vendons sur le marché français.

Vous êtes au milieu de la chaîne de valeur de l’aluminium. Quel est, pour vous, son juste prix ?

Le plus important pour nous n’est pas le prix de l’aluminium, mais son cours en regard des matériaux concurrents, comme l’acier, le plastique, le bois, le cuivre… Personnellement, je ne passe pas beaucoup de temps à analyser l’évolution des cours, parce que nous dépendons d’abord de notre capacité à trouver des solutions pour le client qui sont meilleures que celles qu’il utilisait avant. C’est notre levier de compétitivité et c’est ce sur quoi nous devons passer du temps.

Vos bons résultats financiers doivent donc tout à l’innovation ?

C’est notre levier principal. Par ailleurs, Il y a trois ans et demi, nous avons fusionné deux sociétés de taille égale. Nous avons restructuré beaucoup, fermé ou vendu certaines usines… Et avons passé du temps à réunir les services transverses. L’année passée a donc été la première année sans restructuration. Nous récoltons les bénéfices du ménage qui a été fait les deux premières années qui ont suivi la fusion. Nous avons également mené des programmes de simplification. Nous employons moins de 100 personnes au siège, qui doit être très efficace. C’est l’une des clés de notre réussite.

Quels secteurs l’aluminium peut-il encore conquérir ?

Les échangeurs de chaleur dans le bâtiment, qui sont restés en cuivre, tandis que dans l’automobile, ceux en aluminium sont plus courants. Nous travaillons beaucoup sur les véhicules électriques. En Norvège, 50 % des véhicules neufs vendus sont soit hybrides, soit électriques. C’est une mutation très importante car ces véhicules ont besoin d’allégement pour compenser le poids des batteries et de solutions pour les réchauffer ou les refroidir. La construction navale est aussi un important marché en devenir. Nous avons développé plusieurs alliages adaptés aux applications offshore. L’aluminium a l’avantage de ne pas se corroder. Il peut être sujet à l’oxydation, mais avec un alliage adapté vous arrivez à un produit qui réclame très peu de maintenance. Pendant des années, l’aluminium a été cantonné aux bateaux militaires, parce qu’il n’est pas magnétique, donc moins sujet au risque de mines et d’attaques. Mais il devient de plus en plus populaire dans le civil, en raison de son efficacité énergétique et du gain de stabilité lorsque les ponts supérieurs sont allégés.

Vous développez également des solutions dans l’énergie, la smart city ?

Nous avons un partenariat avec les autorités néerlandaises pour reprendre tous les lampadaires obsolètes, que nous refondons en billettes et que nous passons dans nos presses à extrusion pour former de nouveaux lampadaires. Ceux-ci sont intelligents, connectés pour proposer le Wi-Fi ou des fonctions d’ajustement de l’intensité lumineuse. Certains sont autonomes grâce à des panneaux solaires. Ils peuvent à l’inverse être connectés au réseau électrique pour servir de station de recharge pour véhicules électriques.

Si vous deviez choisir une innovation de Sapa dans chaque secteur, lesquelles citeriez-vous ?

Nous avons été parmi les pionniers de l’e-mobilité en concevant, il y a une dizaine d’années, des blocs de batterie et des solutions de refroidissement pour le véhicule électrique. Je citerai aussi la fenêtre acoustique, qui réduit le bruit presque à néant, y compris quand elle est ouverte, grâce à un système actif qui émet des ondes pour contrer celles du son. 

De l’auto aux fenêtres, l’alu sur tous les fronts

Depuis sa première presse à Vetlanda (Suède) en 1963 jusqu’à sa fusion avec la division extrusion de Norsk Hydro en 2013, Sapa a conquis nombre de segments de clientèle sans déroger de son domaine d’expertise qu’est l’extrusion aluminium. Les radiateurs des voitures PSA, ainsi que nombre d’éléments de caisse en blanc et systèmes anti-crash de grands constructeurs, les jantes de vélos Décathlon, le lit modulable Delaktig d’Ikea, les futures carrosseries des TGV Alstom pour Amtrak aux États-Unis, c’est lui. Les fenêtres Technal en France, où le groupe compte quelque 1 800 salariés dans cinq usines, c’est encore lui. Le groupe a installé son centre de R & D dédié aux ouvertures à Toulouse, où se trouve sa plus grande usine. Les autres sites français se trouvent à Albi Le Garric (Tarn), Châteauroux (Indre), Lucé (Eure-et-Loir) et Puget-sur-Argens (Var). Dans le monde, Sapa opère plus de 100 sites répartis dans une quarantaine de pays. Le groupe emploie 22 000 salariés et a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 5,7 milliards d’euros. M.D.

 

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus