Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Comment Rexel optimise sa logistique

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

Le leader mondial de la distribution de matériel électrique a lancé quatre chantiers pour réduire ses coûts logistiques. Un process 100 % interne.

La logistique, c'est le nerf de la guerre pour Rexel. Avec 2 100 agences et 32 sites web marchands dans le monde, ce spécialiste du matériel électrique joue sa réputation à chaque livraison. Présent dans 37 pays, il réalise un chiffre d'affaires de 12,7 milliards d'euros en distribuant les produits de Legrand, Nexans, Philips ou Schneider Electric auprès des installateurs ou sur les chantiers de BTP. Pour servir ces clients, il exploite 99 sites logistiques dans le monde, dont neuf en France. « La logistique représente 6% des coûts », souligne Xavier Derycke, le directeur de la supply chain du groupe. Une charge que Rexel entend réduire chaque année. Pour cela, il a ouvert quatre chantiers afin de réaliser des gains de productivité de 4% à 5% par an.

 

1. Un transport mieux négocié

Rexel s'est d'abord attaqué au transport. Ce poste représente 40% des coûts logistiques et 80% de l'activité est externalisée (100% en France). Pour réduire la facture de 20% d'ici à 2013, le distributeur a eu recours à plusieurs leviers. En commençant par la mise en place de l'échange de données informatisé (EDI) avec les prestataires pour faciliter la mutualisation des ressources, fiabiliser les flux et optimiser les taux de remplissage. Le groupe a aussi développé un suivi des commandes et des livraisons, ainsi que la signature électronique. Il a également travaillé sur l'amélioration de la gestion des appels d'offres et des partenariats. En effet, 70% de ses envois concernent des colis d'un poids inférieur ou égal à 30 kg et sont confiés à des sociétés de messagerie comme UPS, DPD (La Poste) ou Heppner. Enfin, dans chaque pays, le rôle du responsable transport est valorisé au sein des équipes. Il s'agit toujours d'un homme de métier.

 

2. Une taille critique pour les entrepôts

L'histoire de Rexel étant jalonnée de rachats à travers le monde, il lui faut sans cesse réorganiser ses réseaux, et notamment celui de la logistique pour éviter l'inflation d'entrepôts. Ces derniers doivent dorénavant avoir une taille critique (10 000 à 15 000 m²), pour traiter les 45 000 références en stock, dont 35 000 disponibles à J+1. Les commandes comprennent en effet 70% de matériel électrique (35 000 références) préparées généralement au détail. Les câbles (2 000 références), coupés à la taille demandée par le client, comptent pour 15%. Certains sites ont donc été fermés. Aux Pays-Bas, le leader mondial de la distribution de matériel électrique disposait de cinq sites. Il n'en a conservé que deux. Et il n'en restera peut-être bientôt qu'un seul. « Mais il faut garder la juste distance avec les clients, soit un rayon de 350 km », précise Xavier Derycke. Les commandes étant prises de plus en plus tard, il faut donc tenir compte de la circulation. À court terme, la direction assure que la France ne sera pas concernée par cette réorganisation.

 

3. Des chantiers Lean

Dans les entrepôts aussi il y a du mouvement. Depuis mai 2011, Rexel a conduit en Autriche et en Belgique une réorganisation des sites logistiques fondée sur le lean management. Ces chantiers d'amélioration continue sont réalisés essentiellement en interne. Il s'agit de travailler sur la qualité, la productivité, la sécurité. Les process et les retards sont mesurés en autocontrôle, avant l'expédition. Le taux d'erreurs sur les commandes livrées en Autriche a ainsi été réduit de 1% à 0,6%. Comment? Un expert qualité indépendant met les nouveaux process en place avec son équipe. Grâce à cette approche, la productivité a augmenté de 15%. Ces chantiers lean permettent de revoir l'organisation interne des flux. Ainsi, Rexel a moins recours aux intérimaires et aux heures supplémentaires. Des chantiers kaizen, ancêtre du lean, ont aussi été mis en oeuvre avec le fameux 5S et ses améliorations de bon sens. Ils permettent d'économiser les déplacements et d'améliorer le rangement pour le picking en réaffectant des zones. Le lean va être déployé en Finlande, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis. « La France a déjà une certaine avance en matière d'amélioration continue », précise Xavier Derycke.

 

4. Des approvisionnements revisités

« L'approvisionnement est un mix entre les process, les outils et les hommes, lance Xavier Derycke. C'est finalement davantage un métier de supply chain que d'achats. » Pour améliorer la collaboration avec ses fournisseurs, le géant de la distribution de matériel électrique a développé une démarche commune. « Quand je participe à une réunion avec Osram ou avec Philips par exemple, je viens avec mon collègue des achats », indique le directeur de la supply chain. Les niveaux de stocks ont ainsi baissé de trois jours en 2010 et d'un en 2011. « On peut encore gagner quelques jours en travaillant sur les stocks de sécurité », poursuit-il. Rexel a donc développé un partenariat avec douze fournisseurs internationaux, qui représentent 30% du total des approvisionnements. L'idée est de disposer dans chaque pays d'informations et d'indicateurs partagés. Ils comprennent les taux de service (amont et aval), les niveaux de stock, les taux de réclamation... Les prochaines étapes de la réorganisation consisteront à établir un vrai planning de réceptions et à obtenir une meilleure qualité d'échanges pour travailler de part et d'autre sur les stocks.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle