Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Comment recruter à l'heure du web 2.0

, , ,

Publié le

La crise n'a pas éteint la guerre des talents et les entreprises ont plus que jamais besoin de séduire. Mais les innovations du web 2.0 ont changé la donne. La transparence et l'authenticité sont devenues impératives pour recruter.

Tapez « travailler chez Bénéteau » sur Google. Vous voici, non pas sur le site carrière de l'entreprise, mais sur le blog personnel de Marion, qui travaille dans la filiale nord-américaine du célèbre fabricant de voiliers. Sur cet espace, elle parle de sa vie privée ou professionnelle et présente des photos du lieu où elle travaille. En commentaire, un courrier de Valentin, qui a découvert son blog en cherchant des infos sur Bénéteau aux Etats-Unis et « voudrait bien faire plus ample connaissance avec elle pour parler de son entreprise ». Pierre, un autre contributeur, est encore plus direct et lui demande « si le poste de chef de projet, recherché pour son unité, est encore libre et en quoi consiste son travail ».

Bienvenue dans le monde du recrutement sur le web 2.0. Un lieu ouvert où chacun s'exprime via forums, blogs et chats. Les candidats s'informent et comparent les propositions de leurs futurs employeurs de la même manière qu'ils vont recueillir sur le net des avis auprès des consommateurs avant d'acquérir un nouveau PC. La communication « corporate » traditionnelle des entreprises est concurrencée par une grande conversation. Pour mieux recruter, les entreprises ont donc tout intérêt à y participer.

Pour trouver des interlocuteurs, un nouvel espace s'est imposé : les réseaux sociaux. « Le vrai décollage a eu lieu à l'été 2007 », explique Daniel Prin, le directeur de TMP Neo, une agence de communication en ressources humaines. Intuition confirmée par Ipsos, qui, dans son étude annuelle des usages du net de septembre 2008, chiffre désormais à 52 % les internautes adeptes de réseaux sociaux comme Facebook, Viadeo et Linkedin.

Si Facebook est le lieu communautaire des jeunes, un réseau comme Viadeo est plus orienté business et ses adhérents n'hésitent pas à intégrer des C.V. très détaillés. Un nouveau terrain de chasse pour recruter, que de nombreuses entreprises ont identifié. L'autre révolution du web 2.0 est la forme. Entre 2006 et 2008, la plus forte progression sur les usages concerne la consultation de vidéos (de 19 à 37 %). Pour être attractifs, les contenus intègrent de plus en plus de la voix et de l'image. Le phénomène gagne la communication RH des entreprises, qui espère séduire en incarnant mieux la réalité de leur organisation.

1PRENDRE LA TEMPÉRATURE DE SA « E-RÉPUTATION »

 

Comment plonger dans le grand bain du web 2.0 ? « Avant même de lancer toute action, il est intéressant de savoir comment votre entreprise existe sur le net et ce qui se dit sur elle en tant qu'employeur », conseille Jean-Jacques Rebouil, le directeur conseil de Publicis Consultants Net Intelligenz. Qui parle de vous, pour en dire quoi ? Avez-vous un problème de notoriété ou de préférence ?

Après enquête, le cabinet d'audit Mazars s'est ainsi aperçu que des forums emploi abritaient de longues discussions de candidats sur la difficulté de choisir entre lui et l'un de ses principaux concurrents, Deloitte. Afin d'intervenir dans ce débat, le cabinet a créé un réseau social appelé « Mazars, c'est nous ». Il est constitué de collaborateurs volontaires pour communiquer leur expérience de la société aux internautes qui les interrogent. Areva, de son côté, a découvert qu'un grand nombre de ses salariés s'étaient inscrits sur Facebook en indiquant le nom de leur entreprise. Comme Areva a d'énormes besoins de recrutement (40 000 personnes dans le monde d'ici à quatre ans), elle a proposé à tous ses collaborateurs membres de Facebook d'installer sur leur page de présentation une petite application appelée « work with me », qui renvoie aux annonces du site carrière. La société a aussi investi Facebook avec des groupes pays, métiers ou internationaux, animés par des recruteurs Areva et des collaborateurs.

2 NE PAS SE LAISSER FASCINER PAR LA TECHNOLOGIE

 

Le web 2.0 regorge d'outils, de techniques et de possibilités. Il est essentiel de les analyser en fonction de ses objectifs et de sa culture. Ainsi, lorsque les premiers forums de recrutement se tiennent sur le site Second Life, Bouygues Telecom regarde passer la caravane sans la rejoindre. « L'idée d'être représenté par des avatars (personnages en 3D) et de parler à des avatars ne s'accorde pas à ce que nous sommes : des gens simples et plutôt directs », explique Jérôme Barbier, le directeur du développement RH.

Au-delà de sa culture, il faut compter avec ses objectifs spécifiques. Augmenter sa notoriété pour créer un flux de candidatures, identifier des talents pointus, convertir les collaborateurs potentiels... A chaque but correspond un outil du web 2.0.

Devant gagner en notoriété pour séduire les centaines d'ingénieurs dont il a besoin chaque année, Maurice Ricci, le patron de la société d'ingénierie Akka Technologies, a choisi d'installer un stand de recrutement dans le salon virtuel de Monster d'octobre dernier. Il a ainsi bénéficié du trafic du leader du marché dans un univers technologique en phase avec son métier. Les échanges avec les visiteurs lui ont permis de récolter 750 C.V. en une semaine. Pour une PME qui cherche un ou deux profils pointus, il sera sans doute plus pertinent d'acheter des contacts sélectionnés dans la CVthèque du réseau social Viadeo. Elle compte deux millions de membres, pas tous en recherche active d'emploi mais ouverts à la discussion.

3REVOIR LE FOND ET LA FORME DE SA COMMUNICATION

 

Magali Nieddu, la responsable du recrutement de Berner (distribution d'outillage industriel), avait déjà animé des chats texte. Pour son premier chat vidéo, elle a un peu regretté d'avoir été seule sur le plateau. « Il aurait été plus vivant d'être au moins deux », estime-t-elle. Les nouvelles techniques imposent de revoir les manières et les discours. En matière de vidéo, rien de pire que des productions institutionnelles un peu ampoulées, qui font mouche sur les clients mais flop sur les candidats.

Lorsque Air France a lancé le site Inside Air France, qui permet de visualiser des témoignages de collaborateurs, son agence conseil, TMP Neo, a été claire sur le fait que l'authenticité serait au rendez-vous à la seule condition de respecter les textes des collaborateurs à la virgule près. Pour séduire les ingénieurs, la SSII Alti a monté une campagne de marketing viral avec des vidéos humoristiques qui se moquent des travers du secteur en montrant, par exemple, un ingénieur vendu comme une tête de bétail. « Avec cette approche, la société montre qu'elle a du recul sur le métier et l'envisage différemment, cela peut séduire des candidats », estime Stéphane Labrouche, le directeur de Wanajob (un moteur de recherche qui agrège des offres d'emploi).

Un cran plus loin, PricewaterhouseCoopers (PWC) a développé une démarche à destination des jeunes diplômés qui s'appuie sur la dernière tendance du web 2.0 : le « user generated content » ou « contenu généré par les utilisateurs ». Entre le 20 octobre et le 10 décembre, des étudiants de 17 écoles d'ingénieurs sont invités à réaliser un film vidéo sur la réalité d'un des métiers du cabinet. Réalisés avec l'aide d'un professionnel du cinéma et d'un correspondant PWC, qui ouvrira les portes du cabinet aux apprentis réalisateurs, les courts-métrages seront primés et serviront à partir de mars prochain à la communication de recrutement du groupe.

4TESTER ET ASSURER LA CONTINUITÉ DES DISPOSITIFS MIS EN PLACE

 

Pas besoin d'investissements gigantesques pour commencer à exister sur le net. Le site Wanajob fait payer ses annonces, non pas à l'achat d'espace, mais au rendement (nombre de clics), et propose en service gratuit un espace recrutement dédié. Actif pendant la durée des campagnes d'annonces, il ne demandera pas de s'investir à long terme. En revanche, si vous décidez de vous lancer dans un blog d'entreprise, assurez-vous que des contributeurs réguliers pourront le faire vivre. Chez Casino, le directeur des ressources humaines ne fait qu'un billet par mois sur la partie blog du site carrière. Mais il s'est engagé à répondre à tous les commentaires...

Chez Air liquide, Jean-Pierre Boyer, le responsable recrutement du département ingénierie, a trouvé plusieurs collaborateurs grâce à Viadeo, économisant ainsi la commission d'un chasseur de têtes (20 à 25 % du salaire annuel). Mais il confirme que lui et sa petite équipe passent du temps pour faire vivre et animer leurs réseaux. Pour s'assurer d'avoir des contenus et des interactions riches au sujet de son entreprise, le mieux est de lâcher la bride à de nombreux collaborateurs de son entreprise. Si le web 2.0 change le recrutement, il s'appuie toujours sur les fondamentaux du net : un outil qui n'a pas de centre et n'attend rien du sommet, mais tout des échanges. .

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle