Comment passer à l'E85, le superéthanol dont les ventes explosent en France

Le recours au superéthanol E85 suppose d'acquérir un boîtier de conversion, un matériel homologué depuis fin 2017. Explications

Partager

Comment passer à l'E85, le superéthanol dont les ventes explosent en France

C’est un carburant qui ne connaît pas la crise. Selon les chiffres diffusés par le Syndicat des producteurs d'alcool agricole (SNPAA) et relayés par L’Usine Nouvelle en début de semaine, les ventes du superéthanol E85 ont augmenté de 55 % en 2018 en France par rapport à l’année précédente. Une dynamique qui devrait se poursuivre cette année, le SNPAA misant sur une nouvelle hausse des ventes de 50 %. Au total, l'E85 représente 1,7 % du marché des essences en 2018, contre 1,2 % en 2017. Pour comprendre un tel intérêt, il faut s’intéresser au coût de cette solution.

Avec un tarif moyen de 68 centimes le litre, le carburant devance largement le diesel et le SP95-E10 (1,44 euros le litre). "En moyenne, l'E85 permet d'économiser 500 euros tous les 13 000 kilomètres", expliquait il y a quelques jours Nicolas Kurtsoglou, responsable carburant du SNPAA. Une solution très avantageuse, notamment pour les gros rouleurs ayant renoncé au diesel au profit d’une solution essence, sous l’effet de l’alignement de la fiscalité de ce carburant sur celle de l’essence et de sa possible interdiction future dans plusieurs villes comme Paris.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des boîtiers de conversion homologués

Sans compter qu’un arrêté de fin décembre 2017 a officiellement autorisé le recours aux boîtiers de conversion des véhicules essence à l’E85. Car faire fonctionner son véhicule grâce à cette solution suppose quelques adaptations, le superéthanol affichant une densité moindre par rapport à l’essence. Le recours à un boîtier de conversion permet ainsi d’adapter le véhicule aux caractéristiques spécifiques du nouveau carburant. Relié au système de contrôle moteur, il permet d’adapter notamment les paramètres d’injection.

Pour l’heure, cinq modèles ont fait l’objet d’une homologation, sur huit options possibles calculées en fonction de la puissance du moteur ou de sa norme Euro. Sur le site de l’entreprise française FlexFuel Energy Developement, les tarifs s’échelonnent de 600 euros (pose non-comprise) à pas loin de 1 400 euros, selon les types de véhicules. La pose s’effectue chez des professionnels habilités. La démarche permet au total d’éviter les éventuels problèmes liés à l’alimentation directe en superéthanol, sans adaptation préalable, et garantit le véhicule en cas de défaillance.

Réduction des gaz à effet de serre

Une fois équipés, les conducteurs bénéficient d’un réseau de distribution en progression. Plus de 1 100 stations sont recensées sur le territoire français, un chiffre en progression de 130 par rapport à fin 2017 selon les données compilées par le Syndicat des producteurs d'alcool agricole. Les partisans de cette solution espèrent également le soutien de l’Etat pour l’installation de ces boîtiers, à l’image de ce que proposent déjà certaines régions comme les Hauts de France, le Grand Est ou Provence Alpes Côte d'Azur.

Avec un argument fort : en plus d’être "le carburant le moins cher", il est également "le plus vert" selon les termes de Sylvain Demoures, secrétaire général du SNPAA. A lire le communiqué du syndicat, "le bioéthanol produit en France réduit de plus de 50 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’essence, soit 1 million de tonnes de CO2 économisées, ce qui représente 500 000 véhicules sans émission de CO2". Mais suppose toutefois de dédier des terres agricoles pouvant être utilisées pour alimenter la population.

Julie Thoin-Bousquié, avec Adeline Haverland

Julie Thoin-Bousquié Journaliste en charge de la rubrique Auto
Julie Thoin-Bousquié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS