Comment Montebourg aurait pu faire perdre son triple A à la France

L’agence de notation Fitch a fait savoir, ce vendredi 14 décembre, qu’une intervention de l’Etat dans l’économie et l’industrie nationales pourrait menacer le triple A de la France. En creux, la menace de nationalisation du site ArcelorMittal de Florange.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comment Montebourg aurait pu faire perdre son triple A à la France

Florange, fin novembre, puis une rumeur concernant le site Rio Tinto de Saint-Jean-de-Maurienne… Le spectre de la nationalisation s’est rappelé plusieurs fois au bon souvenir des industriels ces derniers jours. Des ardeurs calmées une première fois par Jean-Marc Ayrault dans le cadre du dossier ArcelorMittal à Florange. Après avoir signé un accord avec le sidérurgiste luxembourgeois, Matignon a expliqué que la nationalisation n'était "qu'une solution parmi d'autres, expertisée sérieusement avant d'être rejetée".

Puis une seconde fois lorsque le bruit commence à courir que le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg aurait évoqué une possible nationalisation du site Rio Tinto de Saint-Jean-de-Maurienne. Bercy a alors immédiatement mis un terme à la rumeur.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Après ces épisodes houleux, l’agence de notation Fitch a tenu à mettre en garde contre cette "tendance". "La note est potentiellement sensible à des décisions qui auraient pour effet d'augmenter de façon importante la dette publique ou les dettes contingentes du fait d'une intervention de l'Etat dans l'économie et l'industrie nationales", explique-t-elle dans un communiqué.

Mais Fitch a de quoi être rassuré. En déplacement au Maroc le 12 décembre dernier, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a assuré que la nationalisation d'une entreprise était "une solution artificielle", tout en assurant que l'Etat serait "toujours présent" pour "accompagner les mutations économiques".

L’agence annonce par ailleurs le maintien la note "AAA" de la France, la meilleure possible que les deux autres grandes agences d'évaluation financière, Standard and Poor's et Moody's, lui ont retiré cette année. La note reste assortie d'une perspective négative, ce qui signifie que Fitch envisage de l'abaisser à moyen terme.

Après la diffusion du communiqué par Fitch, le président de la République François Hollande a affirmé : "Nous ne déterminons pas notre politique par rapport à une agence, nous déterminons notre politique par raport à l'intérêt de la France".

Astrid Gouzik

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS