Technos et Innovations

Comment les opérateurs télécoms conçoivent leurs box

, , , ,

Publié le

C’est en fanfare que Free a présenté sa nouvelle box internet et son décodeur TV, le 14 décembre. Juste un moins après SFR. L’occasion de s’arrêter sur les processus d’innovation des deux opérateurs, mais aussi sur ceux d’Orange et de Bouygues Télécoms.

Comment les opérateurs télécoms conçoivent leurs box © DR

Evolution ! Révolution ! Les noms des nouvelles boxes de Free et SFR veulent marquer la rupture. ET la guerre des box fait rage. A grand renfort de marketing, les deux opérateurs ont chacun lancé une nouvelle version de leur boxes ADSL et de leurs décodeurs TV,  chacune au design très léchés et cumulant nombre de nouvelles fonctionnalités.  Ces équipements font en effet l’objet d’importants enjeux. Car les usages de ces « boxes » changent. La télévision connectée prend de l’importance. L’interface de navigation est au cœur des développements. Les smartphones et les tablettes font désormais partie du paysage… Autant de raisons pour les opérateurs de chercher à innover, voire d’intégrer de nouveaux process d’innovation. La plupart d’entre eux conçoivent désormais leurs produits à 100% en interne et ne présentent plus qu’un cahier des charges très détaillé aux constructeurs (Sagemcom, Cisco, TCL, etc.), qui se contentent désormais de fabriquer, sans plus avoir leur mot à dire. Si les choix technologiques, comme celui du processeur, se font très en amont, les fonctions voient le jour tout au long du processus.

Free conçoit depuis toujours ses boxes complètement en interne. Sa Freebox v6 toute neuve, devenue Révolution, est assortie d’un décodeur TV, d’une télécommande mais aussi d’une manette de jeu (une des innovations). Une équipe mélangeant ingénieurs et développeurs mène à bien une veille technologique permanente et anticipe les nouveaux usages. Ce groupe s’est étoffé au fil des ans pour arriver à une vingtaine de personnes actuellement. Le FAI a opté pour un processeur Intel et ses ingénieurs ont collaboré dès le démarrage du projet il y a deux ans et demi avec le géant américain. Bien sur, le fondateur n’a pas modifier sa  puce (un Atom CE4100) pour Free, mais Intel a partagé très tôt avec l’opérateur les spécifications de son processeur. Comme SFR, Free a aussi mis un accent particulier sur l’interface de navigation télévisuelle. Pour ce faire, il a recruté une équipe de deux ou trois ergonomes qui a collaboré avec l’équipe projet. Autre prestataire extérieur, Philippe Starck pour le design…

Chez SFR, les derniers produits sont nés d’un processus d’innovation hérité de Neuf (lire l’article «Innover sans R&D, la méthode SFR» dans le numéro 3219 de l’Usine Nouvelle). Pour la première fois, l’opérateur a piloté de A à Z en interne la conception de sa box et de son décodeur TV, de son interface TV et de sa télécommande. Pour son offre Evolution, il s’est appuyé durant les deux ans du projet sur une équipe pluridisciplinaire réunissant ingénieurs, chefs de produit marketing, hommes de la logistique, etc. Ils ont collaboré avec quelques petits éditeurs, mais aussi sur une équipe de design industriel partenaire, histoire de peaufiner l’interface interactive de la télévision.

 



Chez Orange, comme pour tous les produits, les boxes et décodeurs TV passent par le moule du technocentre de Chatillon (Hauts-de-Seine). Ce lieu met les innovations à l’épreuve des usages et du marché. Au programme, anticipation et prototypage. Une équipe du Technocentre est chargée d’une veille technologique permanente pour alimenter les prochains projets de boxes et décodeurs. (La dernière Livebox et le dernier décodeur TV d’Orange sont sur le marché depuis la fin de l’été 2009.) « L’anticipation se nourrit d’informations techniques issues des laboratoires Orange du monde entier, de partenariats industriels, etc. » explique Rémi Philippon, directeur marketing de la livebox et de la SetTop box au Technocentre Orange.  Mais les boxes n’échappent pas à l’un des principes de base du Technocentre : des équipes mixtes avec des membres du marketing, de la R&D et des ingénieurs spécialisés dans l’« implémentation ». « Il y a un écosystème complexe à mettre en place » rappelle Rémi Philippon, qui fait notamment référence aux compétences économiques et réglementaires, auxquelles il doit aussi faire appel.

 

 

Chez Bouygues Télécoms, qui a présenté sa BBox Fibre en octobre 2010, l’innovation est désormais plutôt tirée par l’usage. « Une équipe marketing a été mise en place depuis un an et demi pour réfléchir aux nouveaux usages, confirme Hubert Cariou, directeur des architectures de services et des produits fixes qui dépend d’Yves Cazeau, directeur de l’innovation. Ils s’intéressent au fixe, au mobile, à la convergence fixe-mobile, mais aussi à la gestion de l’énergie dans la maison. » Ils alimentent ensuite des équipes plus techniques qui vont alors réaliser une veille ciblée en fonction des conclusions du marketing. Quant aux interfaces utilisateurs, ce sont aussi des membres de l’équipe marketing de l’opérateur qui l’imaginent. Ils confient ensuite leurs spécifications à des cabinets extérieurs. Enfin, si les projets de box et décodeurs TV sont alimentés par la direction de l’innovation de Bouygues Télécoms ils bénéficient aussi de la structure de R&D du groupe Bouygues, ouverte à toutes ses filiales.

Emmanuelle Delsol

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

15/12/2010 - 13h10 -

il va aloir des résiliations chez SFR... il va aloir des résiliations chez Orange.... il va aloir des résiliations chez Bouygtel....
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte