Comment les Galeries Lafayette gèrent la déconstruction et le désamiantage d'un grand magasin

Au centre commercial Belle Epine, les Galeries Lafayette entendent recycler 80% des déchets produits par la déconstruction de leur ancien magasin. En raison de leur dangerosité, les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) et l’amiante sont deux contraintes sensibles du chantier.

Partager

Aux Galeries Lafayette du centre commercial Belle Epine, à Thiais (Val-de-Marne), les ouvriers ont remplacé les clients. L’enseigne dispose de trois mois – du 31 décembre 2015 au 31 mars 2016 – pour rendre au propriétaire un local de 16 600 mètres carrés entièrement vidé de ses équipements. Elle occupait l’emplacement, réparti sur trois niveaux, depuis 1972.

A cette occasion, une politique de tri des déchets sur site et de valorisation est menée. "Notre métier change et se professionnalise. Nous n’arrivons plus simplement pour démolir de manière brute un site, mais nous optons pour le recyclage. Nous trions au maximum les déchets", indique Jean-Nicolas Melchiorre, directeur général de l’entreprise de démolition du même nom, en charge du chantier. In fine, 80% du volume de déchets devrait être retraité, un chiffre bien supérieur à l’objectif de 70% de valorisation fixé par la loi de transition énergétique à l’horizon 2020.

3500 mètres cubes de déchets à traiter

L’enseigne a, au fil des années, réalisé de multiples aménagements qu’il convient aujourd’hui de démanteler – jusqu’à une réserve cachée derrière une paroi, découverte en cours de chantier ! Elle estime à 3531 mètres cubes le volume de déchets à traiter, soit 2237 tonnes à évacuer.

Sans surprise, les déchets industriels banals représentent la majeure partie des volumes, avec 150 tonnes de mobilier (34% du volume total de déchets), 590 tonnes de bois (33%), 345 tonnes de métaux (4%) et 44 tonnes de plâtre et plaques de plâtre (2%). Les déchets inertes (600 tonnes), tels que le béton, pèsent pour 14% du volume total, et les déchets spécifiques 3,2% (40 tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) et 2 tonnes de lampes). 2,2 millions d’euros sont alloués aux travaux.

Les lampes et les équipements électriques et électroniques font l’objet d’un traitement dédié. Les Galeries Lafayette ont confié la responsabilité de ces déchets à l’éco-organisme Recylum, qui met à disposition des conteneurs dédiés au tri et s’appuie sur des sous-traitants. Les ampoules et tubes doivent notamment être séparés des équipements d’éclairage sans être brisés.

"Le démontage commence par les équipements électriques et les câbles, puis se poursuit par les faux-plafonds et leurs rails de soutènement. Les équipements sont déposés dans des bacs, mais nous devons veiller à ce qu’ils ne soient pas, par la suite, remélangés", explique Vanessa Montagne, directrice des partenariats chez Recylum.

Intégrer la valorisation des déchets en amont du chantier

Les déchets inertes seront concassés pour être réutilisés en sous-couches de verre. Le plâtre, lui, sera récupéré pour partie par Placoplâtre, et pour partie enfoui. Le bois sera recyclé sous l’égide de l’éco-organisme Valdelia, et les métaux en acierie. Certains équipements (caméras récentes, mezzanines de stockage) seront réemployés sur d’autres sites du groupe, tandis qu’une association dédiée – La Recyclerie – en récupérera d’autres.

"Même si nous travaillons vraiment sur le tri depuis une quinzaine d’années, il y a encore deux ou trois ans, nous aurions tout mis à la décharge !", souligne Jean-Nicolas Melchiorre devant les nombreuses bennes réparties sur un espace de l’immense parking du centre commercial. Le magasin disposait d’un quai de livraison. Cette facilité logistique constitue un atout pour les entreprises mobilisées sur le chantier.

L’amiante, facteur principal de coûts

Les travaux de déconstruction ne sont toutefois pas une sinécure. 73% du budget du chantier est ainsi consacré au désamiantage des lieux. Les 464 tonnes d'amiante, qui représentent 10% du volume total des déchets, font l’objet d’un retrait spécifique, au sein de zones isolées derrière de larges bâches. L'amiante se cache notamment au sein des colles des parquets, dont le bois est recyclé à l’issue d’une phase de décollage. Les portes amiantées sont, pour leur part, poncées. Les déchets d’amiante seront par la suite inertés lors de leur transfert chez Inertam, une entreprise basée en Gironde qui les traite par un procédé de vitrification. A la suite de cette opération, la fibre d’amiante est détruite et les matériaux peuvent être réemployés sous forme de granulats de verre.

L’enseigne compte s’appuyer sur cette expérience pour de futures opérations. "Cette politique de retraitement des déchets est, pour nous, une découverte. Nous avons par ailleurs l’habitude de travailler au sein de magasins occupés, au sein de zones dédiées. Le chantier de Belle Epine fait école", précise Edgard Henneguier, attaché technique régional des Galeries Lafayette.

Pour ses prochaines ouvertures, le groupe compte davantage intégrer la dimension de réversibilité à ses aménagements, en recherchant des mobiliers plus facilement recyclables ainsi qu’en recourant à des parquets non plus collés, mais clipsés. Dans le commerce, il n’y a pas que la mode qui se réinvente en permanence...

Franck Stassi

0 Commentaire

Comment les Galeries Lafayette gèrent la déconstruction et le désamiantage d'un grand magasin

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS