Comment les entreprises du médicament veulent peser sur la présidentielle

Création d’un comparateur de programmes de santé des candidats, organisation d’une journée de réflexion sur l’avenir de la santé à laquelle plusieurs candidats ont été invités : la fédération des entreprises du médicament multiplie les initiatives pour peser sur la campagne présidentielle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Comment les entreprises du médicament veulent peser sur la présidentielle

Le lobby de la pharma est en marche ! Leur accès au marché étant extrêmement régulé par les pouvoirs publics, les industriels du médicament multiplient les initiatives pour faire entendre leur voix auprès des candidats à la présidentielle. Mardi 13 décembre, leur fédération, le Leem, organise la deuxième édition de son université, Pharmacité. Une journée de tables rondes et débats qui lui permettra cette année de faire entendre ses propositions pour 2017. Tous les candidats à la présidentielle ont été invités à s’y rendre. "Nous attendons 1400 personnes dont le sénateur Alain Milon qui viendra en tant que porte-parole de François Fillon, a précisé à la vieille de cette journée Patrick Errard, le président du Leem. Nous espérons également la présence de la majorité et nous travaillons encore avec les équipes d’Emmanuel Macron, qui sera en meeting à Bordeaux, pour voir si une connexion est possible."

A l’occasion de cette journée, le Leem va remettre à tous les candidats une plaquette de présentation de ses propositions, intitulée "2017 – Santé, l’heure des choix". Une initiative qui intervient quelques semaines seulement après le lancement d’un comparateur des programmes de santé des candidats. Le Leem ira-t-il jusqu’à mettre en balance les deux et donner son favori ? "Le Leem n’est pas un parti politique, nous n’avons pas vocation à donner des consignes de vote, a répondu Patrick Errard. Mais notre comparateur permet de se faire très vite une idée de l’alignement des propositions des candidats avec celles du Leem."

Un pic à l’adresse de François Fillon

Dans leurs grandes lignes, les propositions du Leem sont déjà connues. La fédération tient le même discours depuis maintenant deux ans, appelant notamment les pouvoirs publics à sortir d’une gestion comptable du secteur, à en simplifier la réglementation et à engager une politique d'attractivité pour relancer les investissements productifs en France. Elle insiste également sur l’importance de renforcer l’accès précoce des patients à l’innovation thérapeutique, notamment en simplifiant et en recentrant les dispositifs d’ATU (autorisation temporaire d’utilisation) et de RTU (recommandations temporaire d’utilisation).

"Trois grandes révolutions, technologique, économique et sociétale, offrent à la France la possibilité de se réformer structurellement", a fait valoir Patrick Errard. Et de lâcher un pic à l’adresse de François Fillon : "La santé doit être au cœur de la campagne présidentielle mais pas à travers des sujets secondaires comme celui de savoir si un rhume doit être remboursé." Suite à la proposition du candidat LR de réserver les remboursements aux seules maladies graves et chroniques, la polémique a enflé ce lundi autour de l’exemple du rhume, certains fillonistes ayant évoqué un remboursement selon le degré de gravité, excluant les traitements de confort. Des débats encore bien éloignés de la grande réforme structurelle attendue par les industries du médicament.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS